Accéder au contenu principal
Afghanistan

Afghanistan : dix ans après le début de la guerre, les ONG toujours préoccupées

Un des rares points positifs depuis 2001 est la hausse du taux de scolarisation chez les jeunes Afghans.
Un des rares points positifs depuis 2001 est la hausse du taux de scolarisation chez les jeunes Afghans. REUTERS/Damir Sagolj
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Il y a dix ans, le 7 octobre 2001, l'Otan lançait l'opération « Liberté immuable » pour renverser les talibans en Afghanistan. Dix années d'engagement militaire mais aussi humanitaire. Depuis le début du conflit, plus de 40 milliards d'euros ont été dépensés dans des programmes d'aides. Certes des progrès existent. Cinq millions de jeunes afghans sont scolarisés aujourd'hui, mais selon les ONG réunies ce vendredi 7 octobre à Paris, la réalité est plus sombre.

Publicité

Derrière des chiffres impressionnants de millions d'Afghans qui ont accès aux hôpitaux ou aux écoles, il y a la réalité de gens qui peinent pour atteindre des cliniques sans médicaments ni docteurs et des écoliers sans livres, ni salles de classe. C'est le constat, amer du rapport rendu public par l'ACBAR. Cette alliance d'ONG afghanes et internationales estime que, tant que les violences n'auront pas cessé, il sera impossible de reconstruire le pays.

« Les Afghans craignent pour leur sécurité, explique Philippe Lévêque, directeur général de l'organisation CARE, membre de l'ACBAR. Et l’un des soucis pour demain, c’est non seulement que l’aide continue à un niveau correct, mais que la sécurité des populations et des intervenants soit assurée. Et ça, on en est très loin ».

Menacé dans son pays, Said-Mansour, un jeune Afghan, s'est réfugié en France il y a deux ans. Le jeune homme a vu la situation économique et sociale de l'Afghanistan s'améliorer même s'il reste encore beaucoup à faire. « Par rapport à l’année 2001, il y a beaucoup de développement en Afghanistan, concède-t-il. Mais par rapport à la somme d’argent qui a été dépensée en Afghanistan, il n’y a pas beaucoup de choses qui ont été développées. J’ai de l’espoir pour l’avenir de mon pays. J’espère qu’un jour je pourrai retourner là-bas ».

Si les ONG présentes se disent favorables au retrait militaire prévu en 2014, toutes espèrent que l'Afghanistan ne sera pas pour autant oublié.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.