Thaïlande

Thaïlande: la population se prépare à affronter les inondations à Bangkok

Des Thaïlandais empruntent une barque pour traverser une rue inondée de la province d'Ayutthaya, le 14 octobre 2011.
Des Thaïlandais empruntent une barque pour traverser une rue inondée de la province d'Ayutthaya, le 14 octobre 2011. REUTERS / Sukree Sukplang

La capitale thaïlandaise, Bangkok, est menacée par les eaux qui déferlent du nord et du centre du pays. La Thaïlande est au trois quart inondée et 16 milliards de mètre cubes d’eau dévalent vers le golfe de Thaïlande, au bord duquel se situe la capitale. Si Bangkok est protégée par des digues, rien n’assure pourtant que celles-ci seront suffisantes. D’ores et déjà, un vent de panique souffle sur la ville.

Publicité

Avec notre correspondant à Bangkok, Arnaud Dubus

Debout à l’arrière d’un camion militaire, la cheffe du gouvernement, Yingluck Shinawatra, inspecte les digues anti-inondations au nord de Bangkok, comme un général le ferait d’une ligne de fortins. A certains endroits, ces digues, faites de terre et de sacs de sable, sont rehaussées. Ailleurs, des murs sont hâtivement construits dans une course de vitesse contre les eaux qui déferlent du Nord.

Les autorités affirment que le centre de Bangkok ne sera pas touché, mais vu la masse d’eau considérable accumulée dans la plaine rizicole au nord de la capitale, les Bangkokois ne veulent rien laisser au hasard. Beaucoup construisent des murets de briques devant l’entrée de leur domicile. Tous ont pris d’assaut les supermarchés, achetant de vastes quantités de bouteilles d’eau et de soupes en sachet, de quoi tenir un siège prolongé.

Il y a seulement 60 ans, le réseau de canaux qui avait valu à Bangkok le surnom de Venise de l’Orient, permettait d’absorber les pluies de la mousson. Ces dernières décennies, le béton a étouffé la cité. Dépourvue d’espaces verts, Bangkok n’est plus sillonnée que par quelques canaux nauséabonds. Ce qui conduit certains à voir les inondations comme une revanche de Mae Kaa Khang, la déesse des eaux.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail