PAKISTAN

La province du Sindh, dans le sud du Pakistan, est ravagée par les inondations

Déjà l'an dernier, le Pakistan subissait des inondations de grande ampleur.
Déjà l'an dernier, le Pakistan subissait des inondations de grande ampleur. REUTERS/Rizwan Saeed
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Les pluies de mousson ont jeté les population dans les rues et détruit leurs récoltes. Il y a un mois et demi, les Nations unies et le gouvernement pakistanais lançaient un appel aux dons : 357 millions de dollars pour acheter nourriture, eau et semence. Aujourd'hui quatre ONG font le bilan. Et ce n'est pas brillant. Elles parlent même d'arrêter leurs actions dans le pays.

Publicité

« Nous avons encore des stocks d'urgence que nous distribuons. Mais ces stocks seront bientôt complèment utilisés dans une semaine ou deux semaines au maximum. »  Pascal Bernard est le directeur des opérations d'Acted, qui lance avec d'autres ce nouvel appel aux dons.

Pascal Bernard résume la situation ainsi : « 2011 a connu un grand nombre de crises et de catastrophes naturelles, la sécheresse dans la Corne de l'Afrique qui est encore très présente dans toutes les mémoires, Haïti qui est encore en pleine reconstruction... Il y a eu en quelque sorte une compétition médiatique. L'autre élément, c'est que malheureusement, ce pays n'a pas très bonne réputation. Il est plus difficile de mobiliser le grand public sur cette crise ».

Et les gouvernements, qui avaient répondu présents en 2010, sont eux aussi absents. Car l'an dernier le Pakistan avait déjà été touché. Cette année seule le Sindh subit les inondations, et heureusement, ça ne se passe pas dans les même disctricts de cette région du sud-est. Mais la situation est très critique comme l'explique Pascal Bernard : « malheureusement tous les plans de contingence qui avait été mis en place pour faire face aux inondations dans les zones, qui avaient été fragilisées en 2010, n'ont pas pu être entièrement activés. Puisqu'on est face à une nouvelle crise. Il y a des zones qui ont été touchées pour la première fois ».

D'où à nouveau une situation très dure. Il faut aujourd'hui récupérer plus de 200 millions d'euros, une somme qui ne prend même pas en compte la reconstruction. Acted va maintenant sensibiliser à nouveau les populations, pour qu'elles versent cet argent qu'attendent toujours 8 millions de Pakistanais.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail