Afghanistan

Afghanistan: les talibans affirment disposer du plan de sécurité de la Loya Jirga

Trois policiers afghans ont été tués lors d’une attaque des talibans dans la province de Paktia à l’est du pays, le 10 novembre 2011.
Trois policiers afghans ont été tués lors d’une attaque des talibans dans la province de Paktia à l’est du pays, le 10 novembre 2011. REUTERS/Ahmad Nadeem
Texte par : RFI Suivre
2 mn

A Kaboul, le contexte sécuritaire est très tendu à deux jours du début d’une assemblée traditionnelle qui doit réunir 2 000 hommes politiques et représentants de la société civile. Les représentants afghans doivent discuter des relations avec les Etats-Unis après le retrait des soldats américains en 2014, et d’éventuelles négociations de paix. Mais les talibans ont publié sur leur site internet ce qu’ils présentent comme le plan secret de sécurité de l’assemblée et ont promis de s’en prendre aux participants.

Publicité

Avec notre correspondante à Kaboul, Marie Forestier

Symboliquement, une attaque des talibans décrédibiliserait le gouvernement du président Karzaï, dans un contexte délicat de transfert progressif de la sécurité aux forces afghanes et du début de retrait des troupes étrangères.

Or, selon un responsable occidental à Kaboul, les insurgés ont mobilisé des moyens importants et ils ont une forte volonté d’agir pour perturber l’assemblée traditionnelle.

Sur leur site internet, les talibans présentent des cartes du lieu de la réunion, les dispositifs de protection du président Karzaï et de plusieurs ministres, ainsi que des numéros de téléphones de hauts responsables de la sécurité.

Selon le gouvernement afghan et selon l’Otan, les documents sont faux. Le vice-ministre de l’Intérieur s’est étonné ce lundi 14 novembre que les talibans révèlent détenir de telles informations s’ils veulent attaquer la réunion.

Il est difficile de savoir si les documents publiés sont exacts, mais ils relancent la question de l’infiltration des forces de sécurité afghanes par les insurgés.

Les talibans ont aussi menacé de mort certains participants par texto et ils ont qualifié l’assemblée de réunion « des esclaves ».

En parallèle, ce lundi matin 14 novembre, un homme transportant des explosifs à proximité du lieu où doit se tenir l’assemblée a été abattu par les forces de sécurité afghanes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail