Accéder au contenu principal
Chine

Chine: la croissance ralentit, mais moins que prévu

La Chine annonce ce mardi 17 janvier 2012 une baisse de sa croissance.
La Chine annonce ce mardi 17 janvier 2012 une baisse de sa croissance. Reuters

Les chiffres publiés ce mardi 17 janvier par le Bureau national des statistiques en Chine font état d’un recul de 9,2 % du Produit intérieur brut (PIB) en moyenne annuelle sur 2011. La croissance de l’économie chinoise ayant décéléré à son rythme le plus faible en deux ans au quatrième trimestre (8,9%) de l’année dernière. Mais ces chiffres ne constituent pas une surprise. Car les autorités de Pékin pensent à un modèle de développement qui permettra de sortir de la dépendance des exportations.

Publicité

C’est un recul à tout petits pas. Reste à savoir maintenant si la Chine va être entraînée par la pente de la crise mondiale ou au contraire, si elle pourra bientôt inverser la vapeur et remonter vers une croissance à deux chiffres.

Premier constat : cette annonce du Bureau national des statistiques ici à Pékin, ne constitue pas une nouveauté. Ce recul de la croissance l’année dernière a même été inscrit noir sur blanc et en très gros caractères dans le plan quinquennal lancé au printemps dernier. Il faut changer de modèle de croissance, ressassent les autorités chinoises.

Autrement, dit prendre le temps d’un développement plus durable tourné vers des secteurs à haute valeur ajoutée, quitter progressivement « l’acier et le ciment » et une croissance tirée par l’urbanisation du pays tout en créant une véritable demande intérieure qui permettrait de sortir de la dépendance aux exportations.

Un risque d’une envolée des prix

C’est le message rassurant des économistes chinois ce matin. L’un des responsables du Bureau national des statistiques le rappelait toute à l’heure : « La Chine reste l’une des régions parmi les plus dynamiques dans le monde ». Yao Jingyuan qui confesse dans le même temps que maintenir une croissance à plus de 9% par les temps qui court, s’avère difficile et que probablement « la croissance devrait continuer sa décélération au premier trimestre de cette année jusqu’à 8% ».

L’important, ce n’est pas la chute mais l’atterrissage. Existe-t-il un risque de « hard landing » comme disent les Américains, d’atterrissage brutal pour l’économie chinoise ? Beaucoup ici pensent que non. Le succès de la lutte contre l’inflation l’an passé devant permettre d’assouplir la politique monétaire dans les prochains mois avec toutefois, le risque d’une nouvelle envolée des prix.

D’autres estiment au contraire que l’année du dragon qui commence lundi prochain sera assortie de quelques secousses. L’agence JP Morgan s’attend ainsi à ce que la croissance chinoise ralentisse à 7,6% en rythme annuel au premier trimestre en 2012, selon une note d’analyse citée par l’Agence France Presse. Or en dessous de 8 %, les autorités chinoises parlent de risque d’agitation sociale.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.