Accéder au contenu principal
La revue de presse chinoise

A la Une : Angela Merkel à Pékin

Texte par : RFI Suivre
6 mn

Publicité

Tous les jours, la revue de la presse chinoise préparée par le bureau de RFI à Pékin.

Sur la photo du Global Times, l’installateur de drapeau est encore hissé sur le lampadaire. Noir, rouge et jaune : les couleurs allemandes flottent dans le ciel de Pékin, associées évidement au rouge et jaune de la bannière de la République populaire de Chine. La première économie européenne et la deuxième puissance économique du monde ont beaucoup de choses à se dire sur le plan commercial. Mais c’est en « super VRP » de l’Europe que la chancelière allemande est attendue à Pékin, comme en témoigne le dessin du caricaturiste Liu Riu paru il y a quelques jours et montrant une Angela Merkel frappant à la grande muraille de Chine, avec son fils couvert de pansements : le petit euro.

La rencontre de la chancelière avec le Premier ministre chinois ce jeudi a visiblement porté ses fruits. La Chine envisage de « s’impliquer davantage » pour tenter de résoudre les problèmes de la dette de l’Europe, indique le China Daily. « Les autorités chinoises vont étudier les moyens de se joindre aux efforts pour résoudre les problèmes de la dette de l’Europe en finançant le Fonds européen de stabilité financière et le Mécanisme européen de stabilité », a déclaré Wen Jiabao au sortir de l’entretien.

Une vision que ne partage pas Shen Jiru, chercheur à l’Académie chinoise des sciences sociales : « Il est peu probable que la Chine achète de grandes quantités d’obligations européennes à moins que l’UE montre sa solidarité pour réformer le système financier actuel », estime-t-il dans le Global Times .

Casse-tête des otages

La Chine doit user de son influence sur le gouvernement soudanais pour que soient libérés les 29 ouvriers chinois toujours retenus au Soudan, affirme leHuanqiu Shibao. Khartoum doit mettre en place « un couloir de sécurité » pour que les matériels et les secours puissent accéder aux zones de conflit, a indiqué l’un des porte-parole des forces anti-gouvernementales. Ainsi « la protection des ressortissants chinois à l’étranger est devenue un vrai casse-tête pour la Chine », estime le Quotidien du Peuple.

« Marche vers l'extérieur »

« Pendant leur développement, les grandes puissances sont passées par une phase de ' marche vers l'extérieur ' . Par exemple, les puissances européennes se sont hasardées au colonialisme […] Mais il n’y avait alors aucune règle et aucune force qui puisse contenir leur désir toujours inassouvi […] Maintenant que la Chine pense à ' sortir de ses frontières ', elle s'aperçoit que presque tous les marchés ont été divisés et partagés et qu'il lui faut alors chercher et trouver des ' coins ou des endroits obscurs qui ont été négligés et ignorés ' afin de pouvoir ( trouver ) un espace qui lui permette de se développer ».

C’est peut-être dans cet esprit d’ailleurs qu’une équipe de travail va être envoyée en Libye par le ministère chinois du Commerce, note le China Daily qui cite le communiqué officiel : « L’équipe est dirigée par Wang Shenyang, le directeur des investissements étrangers du ministère de la Coopération économique. Elle comprend également une délégation de patrons chinois et devrait rester sur place du 4 au 8 février. L'équipe se rendra à Tripoli et à Benghazi pour vérifier les dommages endurés par les entreprises chinoises lors du conflit et échanger des points de vues avec des responsables libyens sur de futurs projets ou la reprise de projets déjà engagés par les entreprises chinoises avant la guerre civile ».

Nouvelle étape pour Wukan

Le résultat est tombé le 2 février à 23h00. Onze personnes ont été élues par près de 6 000 électeurs, explique le Xinjingbao. Une première réunion a eu lieu le 3 février qui a permis de désigner Yang Semao à la tête de la commission qui sera chargée de préparer l’élection du comité de village le 1er mars prochain.

« Pour de nombreux résidents, le vote d'hier représentait le triomphe d'une campagne de pétitions, qui a duré plus de deux ans contre des fonctionnaires du village accusés d'avoir volé les terres ( des habitants ) depuis 2006 et détourné plus de 700 millions de yuans de fonds publics », commente le South China Morning Post.

Les élections locales en Chine ne sont pas nouvelles, mais hier « il n’y avait aucun signe de manipulation dans les nominations et chaque citoyen adulte pouvait voter », poursuit Mimi Lau. Sur les 12 000 personnes que compte le village, 8 222 sont âgées de plus de 18 ans et parmi eux 6 200 ont voté, ce qui représente un taux de participation de plus de 80%. Avec des électeurs surexcités et enthousiastes : « Ceci est une des plus grandes réussites de notre village. Pour moi, c'est une expérience historique d'avoir enfin le goût de la démocratie », témoigne ainsi Yang Jinlu, âgé de 43 ans.

Sperme non qualifié

« Bonjour, ici, c’est le Centre de recherches de planning familial de Hebei. Pour donner votre sperme, nous exigeons un diplôme universitaire ou supérieur. Il vous faut mesurer plus d’un 1,65 mètre et ne pas avoir de maladie héréditaire ». Le message sur la hotline du planning familial de cette province de l’est de la Chine n’a pas fini de susciter les commentaires, note leQingnianbao.

Et le journal de la jeunesse du Hebei de poursuivre : en un mois le Centre a reçu 22 volontaires, mais seulement trois d’entre eux avaient un « sperme qualifié », aurait fait savoir son responsable Zhao Bangrong. Même si les donneurs ne sont pas jugés au niveau, cela ne veut pas dire qu’ils ne peuvent pas avoir d’enfants, ajoute le fonctionnaire. « Pour avoir des dons de meilleure qualité, le ministère de la Santé a fixé des critères plus élevés », précise-t-il.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.