Accéder au contenu principal
AFGHANISTAN / OTAN

L'Otan rappelle son personnel travaillant dans les ministères afghans

Après cinq jours d'émeutes, la colère ne retombe pas. A Jalalabad, ce samedi 25 février, des Afghans ont protesté en brûlant des pneus et criant des slogans anti-américains.
Après cinq jours d'émeutes, la colère ne retombe pas. A Jalalabad, ce samedi 25 février, des Afghans ont protesté en brûlant des pneus et criant des slogans anti-américains. Reuters/Parwiz
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Des milliers d'Afghans ont encore laissé exploser leur colère ce samedi 25 février, cinq jours après l’incinération de Corans dans une base américaine. Une attaque avortée contre un complexe de l'ONU à Kunduz à fait 6 morts. A Kaboul, une fusillade a éclaté dans le ministère de l'Intérieur où deux conseillers américains ont été tués. Donc, le Royaume-Uni a annoncé le retrait de ses conseillers civils des institutions gouvernementales. Et l'Otan a décidé de rappeler tout le personnel de ses forces travaillant dans les ministères afghans.

Publicité

Avec notre bureau de Bruxelles

« Nous avons décidé de rapatrier l’ensemble de notre personnel pour des raisons de protection évidentes ». Ce sont les mots du général américain John Allen de la Force internationale d'assistance et de sécurité (Isaf), la mission de l’Otan basée en Afghanistan depuis 2001. Il s’est exprimé après l’attentat perpétré dans l’enceinte même du ministère de l'Intérieur à Kaboul. Un attentat revendiqué par les talibans qui dénoncent le manque de respect des envahisseurs pour les objets sacrés de l’islam.

La situation est de plus en plus tendue sur place depuis que des exemplaires du Coran ont été brûlés en début de semaine sur une base américaine. « Nous restons investis dans notre partenariat avec le gouvernement afghan », a précisé le général Allen.

L’Otan a, en effet, une quadruple mission en Afghanistan : protéger le peuple afghan, renforcer les capacités des forces de sécurité afghanes pour qu’elles puissent elles-mêmes assurer la sécurité de leur propre pays, lutter contre l’insurrection talibane et enfin, favoriser le développement économique du pays. Une mission qui doit prendre fin en 2014.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.