JO / Cambodge

Le Comité d'organisation des JO se penche sur les conditions de travail dans les usines cambodgiennes d'Adidas

La cérémonie d'ouverture des JO se tiendra le 27 juillet 2012 à Londres.
La cérémonie d'ouverture des JO se tiendra le 27 juillet 2012 à Londres. REUTERS/Andrew Winning

Le Comité d'organisation des Jeux Olympiques de Londres ouvre une enquête sur les conditions de travail des ouvriers d'une usine Adidas au Cambodge, qui fournit les produits officiels des JO. Niveau de salaires et heures supplémentaires seront examinés de près.

Publicité

Les organisateurs des JO prennent l'affaire très au sérieux. Le fabricant d'articles de sport Adidas est accusé de sous-payer les ouvriers de son usine, située dans la banlieue de Phnom Penh au Cambodge.

Les travailleurs sont payés 50 euros par mois pour confectionner des vêtements destinés au Jeux Olympiques qui débutent à Londres le 27 juillet. En travaillant 10 heures par jour, ces ouvriers peuvent augmenter leurs revenus jusqu'à une centaine d'euros.

Selon un porte-parole d'Adidas, les salaires dans cette usine sont bien supérieurs au salaire minimum cambodgien. Mais les organisations de défense des droits des travailleurs estiment que le salaire « décent » devrait se situer à plus de 200 euros.

Alors que les JO de Londres sont placés sous le signe du développement durable, le collectif De l'éthique sur l'étiquette a lancé une campagne de sensibilisation avec le slogan : « Pour des achats sportifs responsables, jouez le jeu ».

le chiffre d'affaires du groupe Adidas, qui comprend aussi les marques Reebok et TaylorMade, devrait atteindre les 15 milliards d'euros en 2012.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail