Accéder au contenu principal
UE / Chine

Solaire photovoltaïque: guerre ouverte entre Bruxelles et la Chine

Selon l’Agence internationale de l’énergie, sur les dix principaux fabricants mondiaux de modules photovoltaïques, sept sont Chinois.
Selon l’Agence internationale de l’énergie, sur les dix principaux fabricants mondiaux de modules photovoltaïques, sept sont Chinois. REUTERS/Michaela Rehle/File
11 mn

L’Union européenne ouvre une enquête anti-dumping à l’encontre des fabricants chinois de panneaux solaires. C’est la plus importante enquête du genre menée par Bruxelles.

Publicité

L’Union européenne a officiellement déterré la hache de guerre. La Commission a lancé, ce jeudi 6 septembre, une enquête sur les pratiques commerciales des fabricants de panneaux solaires chinois, accusés de faire du « dumping » sur le marché européen.

Fin juillet, une vingtaine d’entreprises solaires européennes, rassemblées dans un groupement nommé EU ProSun, ont déposé une plainte auprès de la Commission. Cette plainte vise les importations chinoises de panneaux solaires et de leurs principaux composants.

La Commission se retrouve ainsi avec la plus importante enquête anti-dumping entre les mains. La Chine a en effet exporté vers l’Union européenne des panneaux solaires et des composants pour près de 21 milliards d’euros en 2011.

Faillites

Il y a une volonté d'élimination des concurrents non-chinois par l’État chinois...

Antoine Brunet

Les Européens reprochent à Pékin d’accorder des prêts importants et des mesures protectrices à leurs rivales chinoises. Ces dernières peuvent ainsi écouler leurs produits à des prix inférieurs aux coûts de production. Des prix imbattables.

« Cela fait des mois que nous alertons la Commission sur la situation dramatique de l’industrie photovoltaïque face à la concurrence déloyale chinoise », réagit Yannick Jadot, membre de la commission Energie du Parlement européen.

Depuis quelques années, une vingtaine d’entreprises solaires européennes ont dû mettre la clef sous la porte. Dernière en date : le fleuron allemand du secteur, Q-Cells qui a fait faillite en avril.

Rétention douanière

L’enquête devrait durer quinze mois. Si les accusations sont vérifiées, Bruxelles pourra imposer des mesures restrictives pendant cinq ans. Des mécanismes de défense commerciale peuvent aussi être mis en place au bout de neuf mois d’enquête.

EU ProSun attend une augmentation des taxes sur les produits solaires chinois à l’importation. Les Etats-Unis avaient déjà instauré des mesures similaires à l’encontre des produits solaires chinois, en mai.

« Ce qui pourrait être fait avant même les conclusions de l’enquête, c’est d’avoir des mécanismes de préférence pour les produits à contenu européen élevé », ajoute Jean-Louis Bal, président du Syndicat des énergies renouvelables (SER).

« Nous avons par exemple suggéré au gouvernement français de mettre en place une bonification du tarif d’achat de l’électricité photovoltaïque lorsque les modules photovoltaïques sont fabriqués en Europe », ajoute-t-il.

Objectif 2020

« La Commission a décidé de lancer l’enquête anti-dumping en dépit d’appels répétés de la Chine pour résoudre ce différend par la consultation et la coopération. La Chine le regrette vivement », a répondu le ministère du Commerce chinois dans un communiqué.

Les fabricants chinois se sont regroupés au sein de l’Afase (Alliance pour une énergie solaire renouvelable). Pour échapper aux mesures restrictives, ils mettent en avant les objectifs environnementaux européens. L’UE essaie en effet de produire 20% d’énergie renouvelable d’ici 2020 et selon l’Asafe, les sanctions mettent en péril la réalisation de cet objectif.

Selon un classement de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), sept des dix principaux fabricants mondiaux de modules photovoltaïques sont Chinois.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.