Australie

La police s’infiltre dans Instagram

Une photo partagée sur le site Instagram avec les hashtags : #spliff #drug #marijuana ou #joint.
Une photo partagée sur le site Instagram avec les hashtags : #spliff #drug #marijuana ou #joint. @Instagram

Les réseaux sociaux permettent aux gens d’étaler leur vie privée ou de partager des informations relevant de la sphère de l’intime. Certains jeunes pensent s'adresser uniquement à leurs amis, mais les photos ou les statuts s'adressent très souvent à tout le monde. Et cela pourrait aller un peu trop loin selon la police australienne qui s’intéresse de près à des clichés postés sur Instagram de consommateurs de drogue ou de potentiels dealers.

Publicité

On connaît « les enfants riches d’Instagram », un Tumblr qui met en exergue des photos postées par de jeunes gens à la richesse ostentatoire.

Depuis peu, la police australienne commence à s’intéresser aux drogués du fameux site de partage de photos. Car sur ce site aux photos artistiques on voit parfois tourner des photos de consommateurs de drogue (voire de dealers) un brin exhibitionnistes. Avec le hashtag #drug #weed #spliff #pot ou très clairement #marijuana, ces clichés plus ou moins filtrés ou floutés montrent le plus souvent un consommateur de drogue extatique, et parfois le butin récemment acheté ou celui en cours de vente.

Ces photos publiques vont prochainement être regardées différemment par la police australienne a annoncé cette dernière. « Toute personne postant des clichés comportant des preuves de possession, de dépendance, de consommation ou de culture de substances illicites pourra faire l’objet d’une enquête de police criminelle », a ainsi déclaré le porte-parole interrogé par The Herald Sun. Le réseau social est-il en ligne de mire de la police australienne ?

Par le biais des notifications de Facebook, ils évitent les contrôles

Il faut dire que les réseaux sociaux sème la zizanie dans le pays. Ainsi, dernièrement, les forces de l'ordre ont dû faire avec une page Facebook intitulée « Victorian Booze and Drug Buses » sur laquelle les abonnés peuvent signaler la présence d’un bus spécialisé dans les contrôles alcootest, mais aussi le positionnement de contrôles radars inopinés dans l’Etat de Victoria et plus précisément à Melbourne.

Les déplacements du bus sont donc régulièrement signalés par les abonnés au réseau social via la page et permettent aux conducteurs, alcoolisés ou non, par le biais du système de notifications de Facebook, d’éviter les contrôles. Le débat a fait rage sur le fil des commentaires car cette page qui n’a toutefois rien d’illégale pourrait inciter les conducteurs à continuer de boire tout en évitant les contrôles. Il est pourtant (et ironiquement ?) spécifié sur la page de conduire prudemment…

Instagram est officiellement une filiale de Facebook

Au même moment, Instagram est officiellement devenue jeudi 6 septembre une filiale de Facebook qui a acheté pour un milliard de dollars cette application très populaire permettant de prendre, retoucher et partager des photos depuis son téléphone portable.

« Nous sommes très heureux d’annoncer que nous rejoignons désormais officiellement la famille Facebook », a déclaré dans un communiqué l’un des créateurs d’Instagram, Kevin Systrom, dans un commentaire sur Facebook. « Je me prépare à présent à la prochaine étape de ce long voyage ».

La Commission fédérale du Commerce avait clos en août son enquête sur le projet d’acquisition par Facebook de la startup de partage de photos, décidant de ne prendre aucune mesure à son encontre car cela ne posait pas de problèmes de concurrence.
 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail