Accéder au contenu principal
Chine

La Chine prend livraison de son premier porte-avions, alors que la tension est à son comble avec le Japon

Le « Numéro 16 », premier porte-avions de la Chine, ancré dans le port de Dalian, dans la province de Liaoning, le 22 septembre 2012.
Le « Numéro 16 », premier porte-avions de la Chine, ancré dans le port de Dalian, dans la province de Liaoning, le 22 septembre 2012. REUTERS/Stringer
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Selon la presse officielle, l'armée chinoise a pris livraison, ce dimanche 23 septembre 2012, du premier porte-avions de son histoire, un ancien bâtiment soviétique. Cette annonce pourrait jeter de l’huile sur le feu, car les tensions avec le Japon sont toujours fortes. Pékin vient par ailleurs de repousser sine die la cérémonie devant marquer les quarante ans du rétablissement des relations diplomatiques entre les deux pays.

Publicité

Difficile de croire à une coïncidence : Pékin est censé avoir racheté la carcasse du porte-avions soviétique Varyag à l'Ukraine il y a 14 ans, en 1998, et avoir commencé à travailler dessus en 2002.

Dix ans plus tard, le bâtiment est remis à l'armée chinoise très exactement au moment où les tensions sont au plus haut avec le Japon, qui plus est sur une question qui concerne le porte-avions, puisque Numéro 16 (son nom provisoire) pourrait très bien, si l'envie l'en prend, aller mouiller du côté des îles Diaoyu-Senkaku, au centre des tensions sino-japonaises.

Mais Pékin a toujours affirmé que le bâtiment ne serait utilisé que pour s'entraîner et pour faire de la recherche, et qu'il ne constitue en rien une menace pour ses voisins. Pékin qui, d'un autre côté, revendique la quasi-totalité de la mer de Chine, ce qui a occasionné depuis plus d'un an nombre d'incidents avec le Japon, mais aussi avec le Vietnam et les Philippines.

On imagine mal l'Armée populaire de libération laisser ce nouveau symbole de sa puissance et de sa modernisation en cale sèche, d'autant que, depuis un an, les Etats-Unis se redéploient fortement dans la région. Washington a d'ailleurs déjà demandé à Pékin pourquoi il avait tellement besoin d'un porte-avions.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.