Corée du Sud

Corée du Sud : deux réacteurs nucléaires arrêtés suite à des défaillances

Deux nouvelles défaillances qui vont alimenter l'opposition croissante au nucléaire.
Deux nouvelles défaillances qui vont alimenter l'opposition croissante au nucléaire. Getty Images/Chung Sung-Jun

Rien ne va plus pour le nucléaire sud-coréen. Deux des 21 réacteurs nucléaires en activité que compte le pays ont été arrêtés ce mardi 2 octobre. Deux nouvelles défaillances le même jour pour une filière nucléaire civile qui accumule les problèmes, parfois même stupéfiants.

Publicité

Avec notre correspondant à Séoul, Frédéric Ojardias

C’est décidément une mauvaise année pour le nucléaire sud-coréen. Ce mardi matin, deux réacteurs de deux centrales distinctes ont été arrêtés. A Singori, mise en service il y a un an, les barres de contrôle du réacteur sont tombées en panne. A Yeonggwang, c’est une pompe de refroidissement qui s’est arrêtée. Il n’y a pas de risque de fuite radioactive, a assuré l’opérateur public.

Ces deux défaillances s’ajoutent à une longue liste qui inquiète une opposition croissante au nucléaire : en février, une panne d’électricité dans une autre centrale a été cachée pendant un mois aux autorités de sûreté. En avril, plusieurs responsables ont été arrêtés pour avoir installé sur les réacteurs des contrefaçons de composants Areva, ainsi que des pièces usagées revendues comme neuves.

Fin septembre, deux pompiers affectés à une centrale ont été arrêtés pour usage de stupéfiants. L’un a avoué avoir consommé de la méthamphétamine pendant son service.
Une série alarmante qui pourrait mettre un frein aux ambitions nucléaires de la Corée du Sud, qui veut pourtant doubler son parc de réacteurs d’ici 20 ans, et faire de l’atome l’un des piliers de ses exportations.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail