Accéder au contenu principal
JAPON/CHINE/FMI

Le gouverneur de la Banque centrale chinoise boycotte le sommet du FMI à Tokyo

Le gouverneur de la Banque centrale chinoise Zhou Xiaochuan ne participera pas à la réunion du FMI à Tokyo.
Le gouverneur de la Banque centrale chinoise Zhou Xiaochuan ne participera pas à la réunion du FMI à Tokyo. REUTERS/Jason Lee
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le gouverneur de la Banque centrale chinoise n’ira pas à Tokyo pour le sommet du FMI et des banques centrales. Zhou Xiaochuan était attendu pour la clôture de la rencontre où il devait tenir un discours dimanche. Ce désistement survient après celui des représentants de quatre grandes banques nationales chinoises, la semaine dernière, en raison du conflit Chine-Japon en mer de Chine orientale.

Publicité

Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

Selon le porte-parole du Fonds monétaire international, c'est officiellement un « problème d’agenda » qui a motivé cette annulation de dernière minute. « Zhou Xiaochuan ne pourra pas tenir de discours comme prévu dimanche à Tokyo » a confirmé mardi 9 octobre, à 22h, l’agence Chine nouvelle. 

La Chine sera représentée par l'adjoint Yi Gang accompagné de Jou Guang Yo Zhu Guang Yao, le vice-ministre chinois des Finances. Autrement dit, le ministre des Finances Xie Xuren, ne sera pas non plus de la partie.

Ces nouveaux désistements font suite à l’annulation de la participation des quatre grandes banques nationales chinoises la semaine dernière. Cette sous-représentation de Pékin plombe le plus grand rassemblement de la finance, malgré les appels à se concentrer sur la croissance économique mondiale plutôt que sur les différents territoriaux lancés par la directrice du FMI, Christine Lagarde.

Pendant ce temps-là, en Chine, les médias officiels rappellent tous les jours que les patrouilles se poursuivent autour des îles Diaoyu/Senkaku, tandis que les ventes de voitures japonaises sur le territoire chinois ne cessent de chuter.

Ce boycott du rendez-vous annuel des banques centrales, suscite ce mercredi des avis partagés sur le web chinois : « Le gouvernement a raison de montrer ainsi sa fermeté à propos de nos îles » dit un internaute. « C’est contreproductif ! , estime un abonné au réseau Sinaweibo, la Chine doit au contraire jouer un rôle plus important dans la finance internationale afin de faire pression sur les nains de Japonais. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.