Japon

Japon: le ministre de la Justice avoue avoir fréquenté la pègre

Keishu Tanaka, ministre de la Justice, à Tokyo, le 1er octobre 2012.
Keishu Tanaka, ministre de la Justice, à Tokyo, le 1er octobre 2012. REUTERS/Kim Kyung-Hoon

Keishu Tanaka, nouveau ministre de la Justice du Japon, a reconnu vendredi 12 octobre 2012 avoir entretenu des liens avec les Yakuzas, la pègre nipponne, il y a trente ans. Il s’est défendu de tout gain personnel ou d’avoir favorisé l'organisation criminelle, et refuse de donner sa démission. Cet aveu intervient suite aux révélations de l'hebdomadaire Shukan Shincho daté du jeudi 11 octobre.

Publicité

Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

Selon le magazine Shukan Shincho, le nouveau ministre de la Justice, Keishu Tanaka, a commencé à entretenir des liens avec les Inagawakai, le deuxième syndicat du crime japonais le mieux implanté dans la région de Tokyo, il y a trente ans. Et il continue d’être lié à la pègre dans la ville portuaire de Yokohama.

Il y a trente ans, il avait servi d’intermédiaire pour le mariage du fils d’un chef des Yakuzas et il avait encore assisté à une soirée organisée par la pègre, sans se douter, dit-il, que la mafia avait loué une salle dans un hôtel de Yokohama, en l’honneur de l’un de ses parrains. Les Yakuzas sont l’une des composantes du pouvoir japonais, au même titre que les politiciens, les milieux d’affaires et la bureaucratie.

Le ministre de la Justice est accusé encore d’avoir reçu des fonds d’une société chinoise. Le ministre de la Justice est celui qui, au Japon, confirme les exécutions des condamnés à mort.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail