Afghanistan

Que restera-t-il de la présence militaire américaine en Afghanistan après 2014 ?

Présentes en Afghanistan depuis plus d'une décennie, les troupes américaines quitteront le pays en 2014. Un retrait qu'il faut anticiper.
Présentes en Afghanistan depuis plus d'une décennie, les troupes américaines quitteront le pays en 2014. Un retrait qu'il faut anticiper. REUTERS/Goran Tomasevic
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Des négociations ont débuté jeudi 15 novembre en Afghanistan entre les autorités de Kaboul et l'administration américaine. Après plusieurs semaines d'attente, Américains et Afghans vont enfin discuter d'un accord militaire pour l'après 2014. A cette date, la plupart des 70 000 soldats encore présents dans le pays seront partis. Reste à savoir combien pourront rester et sous quelles conditions. Et c'est sur ces points précis que les deux parties ne sont pas sur la même ligne.

Publicité

De notre correspondant à Kaboul, Nicolas Ropert

En avril dernier, les Etats-Unis et l'Afghanistan signaient ensemble un partenariat stratégique. L'accord prévoit une aide américaine de deux milliards d'euros par an pour les dix prochaines années. Mais le volet militaire avait été laissé de côté. Combien de soldats américains resteront en Afghanistan après 2014 et quelles seront leur missions ? Voilà quelques-unes des questions auquel devra répondre le futur accord.

Mais depuis plusieurs semaines, les autorités afghanes répètent qu'elles ne céderont pas sur un point : il n'y aura pas d'immunité offerte aux militaires américains ; ceux-ci devront répondre de leurs actes en Afghanistan. Un point inacceptable pour Washington. Les Afghans ne veulent pas voir se reproduire un cas comme celui de Robert Bales.

Accusé d'avoir tué seize villageois dans la province de Kandahar en mars dernier, le sergent américain est actuellement jugé aux Etats-Unis. Les dirigeants afghans jusqu'au président, Hamid Karzaï, avaient fait part de leur mécontentement du fait que le procès ne se tienne pas en Afghanistan. Sur tous ces sujets, Kaboul ou Washington devront assouplir leur position, faute de quoi aucun accord ne sera possible.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail