Pakistan

Pakistan : la foule s'attaque à un homme soupçonné de blasphème

Brûler des pages du Coran est un geste blasphématoire au pakistan.
Brûler des pages du Coran est un geste blasphématoire au pakistan. Reuters

Au Pakistan, un homme a été brûlé vif par une foule en colère parce qu’il était soupçonné de blasphème. Selon la police, 200 personnes s’en sont prises à lui après qu’il eut été placé en garde à vue. On l’accusait d’avoir brûlé des exemplaires du Coran.

Publicité

De notre correspondante à Islamabad, Gaëlle Lussiaà-Berdou

Selon les autorités, l’homme était de passage dans un village du Sind, une province du sud du Pakistan ; il y avait passé la nuit dans une mosquée. Au matin, il aurait été retrouvé avec des exemplaires du Coran brûlés.

D’abord battu par des villageois, le suspect a ensuite été emmené au poste de police, où une foule en colère est revenue le chercher quelques heures plus tard pour le lyncher. Une trentaine de personnes ont été arrêtées ainsi que sept policiers accusés de négligence.

Brûler le Coran est un geste blasphématoire au Pakistan qui peut mener à la prison à vie. La loi prévoit même la peine de mort pour quiconque insulte le prophète Mahomet. Cette sentence n’a jamais été appliquée, mais la population se fait parfois justice elle-même. Selon un institut de recherche pakistanais, depuis deux décennies, au moins 53 personnes ont été assassinées après avoir été soupçonnées de blasphème.

En 2009, sept chrétiens avaient été brûlés vifs dans leurs maisons par une foule en colère qui réagissait à des rumeurs selon lesquelles des participants à un mariage avaient abîmé des pages du Coran.

D’autres affaires connaissent un dénouement moins dramatique. En août dernier, une jeune chrétienne avait été accusée d’avoir brûlé des pages du Coran. La justice avait finalement abandonné les charges, mais la jeune Rimsha et sa famille vivent maintenant cachées par peur des représailles.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail