Accéder au contenu principal
Pakistan / Inde

Le Pakistan et l'Inde veulent éviter l'escalade après un accrochage meurtrier au Cachemire

Des soldats indiens portent le cercueil contenant le corps d'un de leur camarade, tué le 8 janvier non loin de la frontière pakistanaise.
Des soldats indiens portent le cercueil contenant le corps d'un de leur camarade, tué le 8 janvier non loin de la frontière pakistanaise. REUTERS/Stringer
Texte par : RFI Suivre
2 mn

L’Inde et le Pakistan ont tour à tour tenté de calmer le jeu, après la mort de deux soldats indiens dans la région contestée du Cachemire, le 8 janvier. Le Pakistan nie que ses soldats soient responsables de la mort des militaires, et suggère la tenue d’une enquête des Nations unies.

Publicité

Avec notre correspondante à Islamabad, Gaëlle Lussiaà-Berdou

Toute la journée, les responsables pakistanais ont multiplié les déclarations, affirmant que leurs soldats n’ont pas tué les deux militaires indiens dont l’un a été retrouvé décapité, selon New Delhi. L’armée pakistanaise affirme aussi avoir mené une enquête qui n’a rien donné qui puisse étayer les allégations indiennes.

Suite à ce nouvel incident entre les deux voisins, qui luttent pour le contrôle de la région du Cachemire depuis 1947, l’ambassadeur pakistanais en Inde a été convoqué et vertement tancé, selon le ministère indien des Affaires étrangères. Mais à la sortie de cette rencontre, les deux pays se faisaient plus conciliants, appelant à éviter l’escalade.

Après s’être dite consternée par certains commentaires venus d’Inde, la ministre pakistanaise des Affaires étrangères, Hina Rabbani Khar, a suggéré que les Nations unies enquêtent sur les récentes violations du cessez-le-feu au Cachemire. Dimanche, le Pakistan accusait l’armée indienne d’avoir attaqué un de ses postes-frontières et tué un de ses soldats.

Les relations entre les deux ennemis historiques avaient pris du mieux depuis les attentats de Bombay menés par des islamistes pakistanais en 2008. Malgré un différend persistant sur la question du Cachemire, chacun semble maintenant vouloir éviter un nouveau recul.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.