Accéder au contenu principal
Japon

Une panne de courant paralyse la centrale de Fukushima au Japon

Des employés de Tepco travaillent au retrait des déchets nucléaires à la centrale de Fukushima-Daiichi, le 18 juillet 2012.
Des employés de Tepco travaillent au retrait des déchets nucléaires à la centrale de Fukushima-Daiichi, le 18 juillet 2012. Reuters/Tokyo Electric Power Co
Texte par : RFI Suivre
2 mn

L'électricité n'a toujours pas été rétablie à la centrale nucléaire de Fukushima au Japon. L'opérateur Tepco tente de relancer les systèmes de refroidissement des piscines de stockage de combustible qui se sont donc arrêtés depuis hier, lundi 18 mars 2013, pour une raison inconnue. La panne a également entraîné l'arrêt des équipements de traitement des débris contaminés de la centrale, dont des matériaux radioactifs. Mais les autorités se veulent rassurantes : il n'y aurait aucun risque de nouvelle crise.

Publicité

Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

La priorité pour Tepco est de rétablir l’électricité servant au refroidissement de la piscine du réacteur numéro 4. Elle est remplie de 1 535 barres de combustible usagé. Elle est perchée à une trentaine de mètres de hauteur. Le bâtiment qui l’abrite a été soufflé par une explosion d’hydrogène.

Une exposition à l’air des barres de combustible, si le courant n’est pas rétabli, provoquerait une réaction impliquant une quantité de césium 137, dix fois supérieure à celle de Tchernobyl.

La température des quatre piscines de refroidissement privées d’électricité a augmenté de 25 à 30 degrés. Mais elle reste largement sous le seuil de sécurité de 65 degrés. Pour la piscine du réacteur numéro 4, Tepco dispose de quatre jours, avant que cette limite de sécurité ne soit atteinte.

La panne de courant a entraîné l’arrêt des équipements de traitement des débris contaminés de la centrale. Elle a aussi affecté brièvement son centre de commande. Cette perte de courant n’affecte pas, pour le moment, l’injection d’eau dans les réacteurs 1, 2 et 3, dont les cœurs avaient fondu à la suite de l’accident.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.