Chine / Santé

Six nouveaux cas de grippe aviaire en Chine

La nouvelle souche du virus de la grippe aviaire a été nommée H7N9.
La nouvelle souche du virus de la grippe aviaire a été nommée H7N9. REUTERS/Kham
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Six nouveaux cas humains de grippe aviaire ont été découverts en Chine. Trois femmes et un homme de la province du Jiangsu, à l’est du pays, deux personnes dans la province de Zheijang, ont contracté la nouvelle souche du virus, baptisée H7N9, ce qui porte à neuf les cas connus à ce jour. L'une des personnes est décédée, un cuisinier de 38 ans. Il n’a pas été constaté de transmission entre humains, mais les autorités sanitaires mettent en place des mesures préventives, notamment dans les grandes villes.

Publicité

Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

Il a fallu attendre vingt jours pour apprendre le décès des deux premières victimes du H7N9 à Shanghai, le temps de vérifier et de donner un nom à cette nouvelle souche du virus de la grippe aviaire. Mais, dans la Chine du demi-milliard d’internautes, plus question de dissimuler les informations comme ce fut le cas au début de l’épidémie du SRAS en 2003.

A Shanghai, le niveau d’alerte a ainsi été relevé à 3. Un hôpital a été désigné pour recevoir les malades. Dans les écoles et dans les maisons de retraite, on surveille la température des élèves et des pensionnaires et les responsables sont tenus d’alerter les autorités sanitaires s’il y a plus de cinq cas de grippe par semaine. Même chose dans le Jiangsu, où trois femmes âgées de 45 ans, 48 ans et 32 ans ainsi qu’un homme de 83 ans ont contracté le virus. La province de la côte a mobilisé 16 hôpitaux en cas d’afflux de nouveaux patients. Sur les neuf personnes qui ont contracté le H7N9, deux sont décédées fin février dans la région de Shanghai, une autre est morte ce 3 avril, les six autres restent dans un état critique.

Pour l’instant, aucun vaccin contre le virus n’est disponible et le H7N9 fait la Une de tous les journaux. Les experts multiplient les conseils pour limiter les risques de contagion : se laver les mains régulièrement, bien cuire la volaille et les œufs.

C’est aussi le sujet le plus discuté sur les réseaux sociaux avec des rumeurs mais aussi de l’humour. « Comment faire, demande ainsi ce mercredi matin un internaute pékinois, les spécialistes de la pollution nous demandent de rester enfermés à la maison, et ceux de la grippe aviaire nous conseillent d’ouvrir grand les fenêtres ? »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail