Inde

Inde: il vend son petit-fils sur Facebook pour 640€

La police indienne escorte une infirmière, accusée d’avoir aidé un grand-père à vendre son petit-fils, tout juste né.
La police indienne escorte une infirmière, accusée d’avoir aidé un grand-père à vendre son petit-fils, tout juste né. STRDEL / AFP

Dans le nord de l’Inde, la police a annoncé avoir arrêté mercredi 24 avril un homme de 47 ans, qui avait conclu sur Facebook la vente de son petit-fils à un homme d'affaires pour 640 euros. L’homme aurait enlevé le nourrisson peu après l’accouchement de sa fille et aurait ensuite demandé l’aide de deux intérimaires pour contacter un acheteur sur le réseau social.

Publicité

Feroz Khan voulait arranger un nouveau mariage pour sa fille divorcée. Pour cela, il a décidé de se débarrasser du bébé, faisant croire à la mère que son enfant était mort-né. Quelques jours après la naissance, avec la complicité de deux employés de la maternité, le bébé changeait de main.

Il sera en tout vendu trois fois, avant d'être acheté par un homme d'affaire de New Delhi, sur le réseau social Facebook, pour 45 000 roupies, soit 640 euros. Mais la mère, voyant son père revenir à la maison avec une forte somme d'argent, a des soupçons : elle contacte la police, qui après une chasse à l'homme récupère le bébé dans la maison du businessman, aujourd'hui emprisonné tout comme le grand-père et ses complices.

Une affaire qui intervient deux semaines à peine après le viol d'une enfant de 5 ans qui a horrifié toute l'Inde - à en croire la presse une autre fillette de 4 ans aurait elle aussi été violée ces derniers jours. Les enlèvements d'enfants pour alimenter les réseaux de prostitution et de mendicité sont monnaie courante en Inde : il y a deux ans, la police estimait que 815 bandes organisées fortes de 5 000 membres géraient ce trafic.

126 000 enfants ont été enlevés pour la seule année 2011-2012, 450 000 depuis 2008.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail