Accéder au contenu principal
Pakistan

Elections au Pakistan: forte participation malgré les violences

Une femme montre son pouce imprégné d'encre après avoir voté. A Karachi, le 11 mai 2013.
Une femme montre son pouce imprégné d'encre après avoir voté. A Karachi, le 11 mai 2013. REUTERS/Athar Hussain
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Plusieurs attaques perpétrées par les talibans ont frappé le Pakistan ce samedi 11 mai alors que le pays vote pour ses élections législatives. Malgré cette pression, les Pakistanais ont semble-t-il été nombreux à se rendre aux urnes pour élire leurs députés et leurs représentants dans les quatre assemblées provinciales. Les bureaux de vote sont désormais fermés.

Publicité

Avec notre correspondante et notre envoyé spécial au Pakistan, Gaëlle Lussiaà-Berdou et Christophe Paget

A la mi-journée, le taux de participation atteignait 30% selon la Commission électorale. Un chiffre qui laisse présager une participation nettement supérieure à celle des dernières élections, qui avait atteint 44%. On prévoit 60% à la fin de la journée. La Commission a même décidé de prolonger le scrutin d’au moins une heure, en raison de l’affluence et de quelques retards dans le début du vote.

Les médias rapportent cependant des allégations de fraudes. Des personnes auraient déposé plusieurs bulletins dans l’urne. Dans certains endroits, des candidats ont interdit aux femmes de voter. Mais il est impossible de déterminer pour l’instant à quel point ces pratiques ont été étendues. La Ligue musulmane de Nawaz Sharif est donnée gagnante de ces élections. Ancien Premier ministre, Nawaz Sharif est depuis cinq ans dans l’opposition.

A Lahore, la deuxième ville du pays, la population s’est massivement déplacée ce samedi pour voter : classe moyenne et populaire, comme celle des beaux quartiers. Mais la nouvelle organisation mise en place pour cette élection (les Pakistanais devaient demander le numéro de leur bureau de vote par SMS, et le recevoir en retour, toujours par SMS) semble avoir moyennement fonctionné.

Un ancien joueur de cricket comme arbitre du scrutin?

Du coup, dans un pays où tout le monde voit des conspirations, certains ont estimé que l’objectif était de favoriser les jeunes, ceux qui avaient suffisamment d’énergie pour chercher, en pleine chaleur, le bon bureau de vote. Et les jeunes, dans cette élection, c’est Imran Khan, l’ancien joueur de cricket qui les a conquis, malgré ses 60 ans. De fait, le nom de celui qui se présente comme un « homme nouveau », qui n’a jamais fait partie d’aucun gouvernement, était sur toutes les lèvres, et sur pas mal de T-shirts en ce jour de vote.

Le chantre de la lutte contre la corruption, des discussions avec les talibans pakistanais et plus largement du changement, pourrait se retrouver en position d’arbitre dans cette élection. Il pourrait également tout bloquer puisqu’il a déjà annoncé qu’il ne s’allierait avec aucun parti ayant été au gouvernement ces cinq dernières années.

Ce qui exclut les deux autres poids lourds de ces élections : Nawaz Sharrif et le parti sortant, le PPP. En tous cas à Lahore, c’est surtout des voitures arborant le visage et les couleurs d’Imran Khan, le vert et le rouge, qui circulaient dans les rues, au moment de la clôture des scrutins.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.