Accéder au contenu principal
Philippines

Philippines: cinq tonnes de défense d’éléphants réduites en débris

Les défenses d’éléphants exposées avant leur destruction à Quezon, le 21 juin 2013.
Les défenses d’éléphants exposées avant leur destruction à Quezon, le 21 juin 2013. Dondi Tawatao/Getty Images)
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les autorités philippines ont détruit cinq tonnes d’ivoire ce vendredi 21 juin lors d’une cérémonie publique à Manille. Le gouvernement entend ainsi manifester son opposition à la contrebande d’ivoire qui a pris une grande ampleur ces dernières années dans ce pays. Les Philippines sont ainsi le premier pays consommateur d’ivoire à détruire volontairement une partie de ses stocks.

Publicité

Avec notre correspondnat à Manille, Gabriel Kahn

Les défenses d’éléphants ont été broyées par centaines sous des rouleaux compresseurs ce vendredi matin à Manille. Les débris seront mélangés à du ciment pour créer une structure destinée à être un mémorial pour les éléphants qui ont été massacrés pour leur ivoire. Selon la directrice du Bureau de la faune et de la flore, Theresa Mundita Lim, « cette action vise à montrer que les Philippines sont contre le commerce illégal de l'ivoire et le massacre impitoyable des éléphants ».

Les défenses détruites ce matin représentent seulement une partie des quelque treize tonnes de défenses d'éléphants importées de Tanzanie, saisies depuis 2005 et conservées dans un coffre de gouvernement. Une centaine de personnes s’étaient déplacées pour assister à cet événement symbolique. Mais les défenseurs des animaux doutent que ce geste mette fin à la contrebande.

Aux Philippines, l’ivoire se vend à environ 2 000 dollars par kilo au marché noir. Il est notamment vendu discrètement dans plusieurs boutiques d’artisanat religieux. Les Philippins sont particulièrement friands de sculptures de Jésus ou de la Vierge. La majeure partie de l’ivoire qui arrive en contrebande aux Philippines est réexportée vers d’autres pays de la région, notamment en Chine et en Thaïlande.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.