Accéder au contenu principal
Japon

Augmentation de la criminalité des seniors au Japon

Selon un rapport de la police japonaise, près d’un quart des personnes arrêtées en 2012 pour vol à l’étalage à Tokyo avaient au moins 65 ans.
Selon un rapport de la police japonaise, près d’un quart des personnes arrêtées en 2012 pour vol à l’étalage à Tokyo avaient au moins 65 ans. Bloomberg via Getty Images
Texte par : Frédéric Charles
4 mn

Selon un rapport de la police japonaise, près d’un quart des personnes arrêtées en 2012 pour vol à l’étalage à Tokyo avaient au moins 65 ans. Pour la première fois, l’an dernier, le nombre de seniors arrêtés pour vol a dépassé celui des jeunes. Comment la police japonaise explique-t-elle cette tendance des retraités japonais à commettre des crimes dans une société japonaise pourtant réputée comme l’une des plus sûres au monde ?

Publicité

De notre correspondant à Tokyo,

Selon le porte-parole de la police de Tokyo, les voleurs âgés sont en général des individus seuls qui n’ont personne à qui parler et n’ont aucune passion ni hobby. Le nombre de criminels de 65 ans et plus est six fois plus élevé qu’il y a vingt ans. La plupart des délits qu’ils commettent sont des vols à l’étalage.

Mais les crimes violents commis par les seniors japonais ont augmenté de 50% ces dernières années. La presse avait même rapporté un cas extrême : celui d’un homme de 97 ans qui avait de la peine à marcher, mais qui n’avait pas moins tenté de tuer une femme de 84 ans avec un sabre.

Pourtant le taux global de criminalité au Japon, déjà l’un des plus bas du monde, ne cesse de diminuer pour la neuvième année consécutive. Le vieillissement de la population japonaise explique cette hausse de la criminalité chez les personnes âgées.

Paupérisation des seniors japonais

Mais selon la police, ce n’est pas le seul facteur. Le nombre de personnes âgées reconnues coupables de crimes et délits, d’infractions au Code pénal a été multiplié par cinq en vingt ans. Dans le même temps, le nombre de seniors a seulement doublé, passant de quelque 14 millions à 28 millions.

 

En 2008, le ministère japonais de la Justice avait déjà consacré une étude aux plus de 65 ans arrêtés pour des vols ou pour des agressions, voire des homicides. Et d’après ces chercheurs, la principale cause de cette délinquance est le manque de ressources. Certaines personnes âgées arrêtées pour vols expliquaient qu’elles voulaient économiser leur argent ou qu’elles avaient faim.

Rompre la solitude

 

Prés de la moitie des bénéficiaires de l’équivalent japonais du RMI sont des personnes âgées. La faiblesse des retraites japonaises, le creusement des inégalités et l’explosion du nombre de retraites expliquent en partie ce risque de hausse des délits chez les seniors. Mais, il faut aussi ajouter une autre cause : la solitude. Des hommes âgés ont perdu leurs épouses, leurs revenus sont très maigres, ils commettent un vol pour aller en prison. Ils savent que là, ils recevront trois repas par jour et que le personnel les écoutera.

Chez les femmes âgées qui supportent encore moins la solitude, elles commettent des vols dans de petits magasins de proximité pour être repérées. Elles savent qu’au poste de police, elles pourront passer deux ou trois heures à parler à quelqu’un. D’habitude, elles ne font pas l’objet de poursuites. Les hommes qui sortent de prison n’hésitent pas à récidiver pour y retourner. Parce qu’ils n’ont pas de famille, pas de relation et pas d’argent.

Pour l’instant, rien n’est mis en place par les autorités pour réduire cette criminalité. Il faudrait construire des centres d’accueil pour ces seniors qui sortent de prison. Dans un éditorial, le journal Yomiuri écrit que pour empêcher les personnes âgées de commettre des crimes, il est vital de ne pas les isoler de la société.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.