Cambodge

Sam Rainsy salué par la foule de ses supporters à son retour au Cambodge

Bain de foule, drapeaux et ferveur populaire pour accueillir Sam Rainsy à son retour au pays ce vendredi 19 juillet 2013.
Bain de foule, drapeaux et ferveur populaire pour accueillir Sam Rainsy à son retour au pays ce vendredi 19 juillet 2013. REUTERS/Samrang Pring

Après bientôt quatre ans d'exil volontaire, le leader de l'opposition Sam Rainsy a fait son grand retour au Cambodge ce vendredi 19 juillet, soit dix jours avant la tenue des élections législatives. A la faveur d'un récent pardon royal qu'a sollicité pour lui le puissant Premier ministre Hun Sen, le principal opposant revient en homme libre, échappant ainsi à une condamnation à onze ans de prison. Une rentrée au pays saluée dans la liesse par une foule nombreuse de militants.

Publicité

Avec notre correspondante à Phnom Penh, Stéphanie Gée

Son parti avait annoncé la veille 40 000 supporters , mais ils sont entre 100 et 200 000 à s'être déplacés. A peine arrivé, Sam Rainsy a pris la tête d'un cortège, posté aux côtés de son numéro deux, Kem Sokha, salués à leur passage par des chants et des slogans. Les jeunes n'ont pas manqué le rendez-vous. Ils arborent des images de soleil levant, le logo du parti, affichent avec leurs doigts le chiffre 7, le numéro d'apparition du Parti du sauvetage national sur les bulletins de vote, et scandent son slogan « Changer ou ne pas changer ? Changer ! ». Tout cela dans un esprit de fête, avec des élans de fraternité jamais vus lors d'une campagne électorale. Les 18-30 ans comptent pour plus du tiers de l'électorat.

Bons scores probables pour l'opposition

Le retour du grand chef donne un coup de fouet certain à la campagne de son parti, même si, rayé des listes électorales, Sam Rainsy ne peut pas se présenter comme candidat aux élections. Mais il se passe quelque chose dans le pays : un élan populaire pour le changement, prôné par l'opposition. Pour la première fois, les Cambodgiens ne se rangent pas seulement derrière des personnalités politiques, mais derrière un programme. La base militante, très active, porte cet espoir d'un renouveau politique. On peut donc s'attendre à de très bons scores pour l'opposition dans les villes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail