Cambodge

Au Cambodge, l'opposant Sam Rainsy demande le droit de se présenter aux élections

Ce 21 juillet, Sam Rainsy a demandé à la commission électorale le droit de se présenter aux élections.
Ce 21 juillet, Sam Rainsy a demandé à la commission électorale le droit de se présenter aux élections. RFI / V. Fournier

Au Cambodge, des élections auront lieu dans une semaine. Le principal parti de l'opposition, le Parti du sauvetage du Cambodge (CNRP), rêve d'une alternance politique. Ce dimanche 21 juillet, son chef Sam Rainsy, fraîchement gracié et de retour au pays, a demandé à la commission électorale le droit de se présenter.

Publicité

Dans une lettre envoyée à la commission et aux médias, Sam Rainsy souhaite que son nom soit rétabli sur les listes électorales. Considéré comme le principal opposant à l'homme fort du Cambodge, le Premier ministre Hun Sen, M. Rainsy a été exclu du scrutin fin 2012.

Aujourd'hui, il veut se présenter dans le sud du pays, dans la même province où le chef du gouvernement est déjà candidat.

Pour l'instant, la commission électorale n'a pas encore répondu sur le fond de la requête. Elle a seulement dit vouloir l'étudier, tout en précisant que la loi interdisait la participation de Sam Rainsy aux élections.

Le chef du Parti du sauvetage national du Cambodge ne veut pas se contenter de cette réaction. Si sa candidature est rejetée, il y aura des manifestations dans le pays, a-t-il promis.

L'ancien banquier vient tout juste de rentrer dans son pays après avoir passé quatre ans en France. Un exil qu'il a choisi pour échapper à la prison au Cambodge. Le 12 juillet dernier, le roi l'avait gracié, à la demande de son rival Hun Sen.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail