Inde

Inde: après l'intoxication alimentaire mortelle dans une cantine, les enseignants refusent de servir les repas

Des écoliers lavent leurs assiettes avant de recevoir leur repas gratuit composé de lentilles, de pommes de terre et de riz, dans l’Etat du Bihar où 23 enfants sont morts intoxiqués après avoir pris un repas contenant un puissant insecticide.
Des écoliers lavent leurs assiettes avant de recevoir leur repas gratuit composé de lentilles, de pommes de terre et de riz, dans l’Etat du Bihar où 23 enfants sont morts intoxiqués après avoir pris un repas contenant un puissant insecticide.

Dans l'Etat indien du Bihar, dans le nord-est du pays, l'enquête se poursuit sur les circonstances de l'empoisonnement des enfants d'une cantine publique, survenu le 16 janvier dernier. Le repas des écoliers de primaire contenait des pesticides, entraînant la mort de 23 d'entre eux. La directrice de l'école, chargée de superviser le déjeuner, a été arrêtée, accusée d'être responsable de cet empoisonnement. En réaction, l'ensemble des enseignants de cet Etat a décidé d'arrêter de superviser les repas. Résultat : environ 16 millions d'enfants de milieux pauvres se sont retrouvés sans cantine, ce vendredi 26 juillet, pour le deuxième jour consécutif.

Publicité

Avec notre correspondant à Bombay, Sébastien Farcis

Des centaines d'enfants attendaient devant leur salle de classe, à midi, dans de nombreux villages de l'Etat du Bihar, avec leur plateau de fer blanc vide dans la main. Certains parents avaient fourni une boîte-repas à leurs petits écoliers mais tous ne le peuvent pas, car ces cantines sont justement prévues pour les familles les plus pauvres.

Selon ce gigantesque programme de cantine scolaire, qui offre un repas gratuit à 120 millions d'enfants indiens chaque jour, les instituteurs sont chargés de contrôler la qualité de la nourriture et de la servir.

Une tâche que les 300 000 enseignants du Bihar refusent maintenant de réaliser, par crainte d'être à leur tour accusés en cas d'intoxication alimentaire. « Ce n'est pas notre métier », affirment-ils, et la nourriture fournie par l'Etat est souvent de mauvaise qualité à cause d'une importante corruption.

Le gouvernement régional affirme qu'il n'a pas les moyens d'engager une agence spécialisée pour distribuer ces repas aux 16 millions d'enfants du Bihar. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail