Accéder au contenu principal
Inde

Inde : colère de la population après un accident de train

Le train qui a tué une trentaine de personnes dans l'Etat indien du Bihar, le 19 août 2013, a été incendié par une foule en colère.
Le train qui a tué une trentaine de personnes dans l'Etat indien du Bihar, le 19 août 2013, a été incendié par une foule en colère. REUTERS/Stringer
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les autorités indiennes ont promis l'ouverture d'une enquête après qu'un train a tué une trentaine de personnes, dont plusieurs enfants, dans l'est du pays ce lundi 19 août 2013. La furie de la foule a retardé pendant plusieurs heures l'arrivée des secours.

Publicité

Avec notre correspondant à New Delhi, Antoine Guinard

Le Premier ministre indien Manmohan Singh a lancé un appel au calme ce lundi afin « que les opérations de secours puissent se dérouler sans encombre à Saharsa ». Cette localité rurale et isolée de l'Etat du Bihar était le théâtre, tôt dans la matinée d'un carnage que le chef du gouvernement régional Nitish Kumar a qualifié de « rare tragédie ».

M. Kumar a par ailleurs promis une compensation de plus de 2300 euros aux familles des victimes de l'accident. La plupart étaient des pèlerins hindous qui tentaient de traverser la voie lorsqu'ils ont été percutés par un train arrivant à plus de 80 km/h. Une foule en colère a ensuite saccagé la gare, mis le feu a plusieurs wagons et agressé violemment le conducteur du train ainsi que plusieurs fonctionnaires.

D'après un haut responsable des chemins de fers indiens, il était prévu que le train traverse la gare sans s'arrêter. Ce dernier affirme également que le chauffeur aurait tenté de freiner, en vain, en voyant la foule sur la voie. Un responsable politique local a fait remarquer que les pèlerins avaient traversé la voie illégalement. Selon les chiffres officiels, 15 000 personnes meurent ainsi chaque année en Inde.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.