Accéder au contenu principal
Corée du Nord

Le neveu du dictateur nord-coréen étudie à Sciences Po Le Havre

Kim Han-sol, neveu du dictateur nord-coréen, est étudiant à Sciences Po au Havre en France.
Kim Han-sol, neveu du dictateur nord-coréen, est étudiant à Sciences Po au Havre en France. AFP PHOTO / Cityportal/YLE / Mikko Kelloniemi

Les médias sud-coréens se sont découvert une soudaine passion pour Le Havre, ou plus précisément pour le campus du Havre de Sciences Po, où vient de faire sa rentrée Kim Han-sol , le neveu du dictateur nord-coréen Kim Jong-un, et le petit-fils du dirigeant défunt Kim Jong-il.

Publicité

Les informations sur la famille des Kim, qui règne au Nord depuis six décennies, sont rares et cette inscription de Kim Han-sol dans un cursus universitaire en France est donc suivie avec beaucoup d’intérêt. Kim Han-sol a 18 ans, il est né à Pyongyang, en Corée du Nord. Son père Kim Jong-nam, a beaucoup fait parler de lui il y a dix ans, quand il a été arrêté au Japon alors qu’il tentait de visiter Disneyland Tokyo muni d’un faux passeport dominicain. Depuis cet épisode, son père est tombé en disgrâce et la famille de Kim Han-sol vit en exil à Macao, en Chine. En 2011, à la mort de son grand-père Kim Jong-il, c’est son oncle Kim Jong-un, le plus jeune frère de son père, qui a pris le pouvoir à Pyongyang.

Kim Han-sol, un neveu « moderne »

Après une enfance passée à Macao, Kim Han-sol est devenu élève d’un lycée international à Mostar, en Bosnie. La nouvelle avait passionné les médias sud-coréens, qui avaient découvert un jeune homme moderne, qui possède un compte Facebook, porte une boucle d’oreille et s’exprime dans un anglais parfait. Dans une interview donnée à la télévision finlandaise, il s’était même montré critique vis-à-vis de son oncle, qualifié de « dictateur » : « Je ne sais pas comment il est devenu un dictateur. C’était une affaire entre lui et mon grand-père (Kim Jong-il), et je ne les ai jamais rencontrés, aucun des deux. Je suis d’ailleurs curieux à leur sujet ! (…) J’ai toujours rêvé qu’un jour je retournerai en Corée du Nord et que j’améliorerai les choses, que je faciliterai la vie des gens là-bas. Je rêve aussi d’une réunification. »

Un étudiant atypique qui passionne les médias sud-coréens

Sciences Po a établi au Havre une filière Europe-Asie, qui attire de nombreux étudiants asiatiques. En outre, les cours y sont donnés en anglais. Il faut aussi savoir qu’il existe depuis longtemps des liens entre la France et la famille des Kim, dont les membres viennent souvent se faire soigner à Paris. Le père de Kim Han-sol a déjà été aperçu à plusieurs reprises dans la capitale française. C’est aussi en France qu’est décédée, d’un cancer, la femme de Kim Jong-il. Une nièce de Kim Jong-il, qui avait été envoyée à Paris pour ses études, a été retrouvée morte en 2006. Un suicide, semble-t-il.

Les médias sud-coréens sont avides de la moindre information sur la famille régnante en Corée du Nord et se sont donc précipités au Havre. Mercredi 28 août, on a pu voir à la télévision sud-coréenne des journalistes poursuivre Kim Han-sol sur son campus, jusque dans sa chambre d’étudiant, tels des paparazzi. Mais son père étant tenu à l’écart des cercles dirigeants de Pyongyang depuis des années, Kim Han-sol a sans doute très peu d’informations sur son « dictateur » d’oncle et il a poliment refusé, en anglais, de répondre aux questions des journalistes sud-coréens.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.