Cambodge

Phnom Penh: grève des employés cambodgiens du tribunal chargé de juger les Khmers rouges

Le tribunal spécial pour les Khmers rouges, à Phnom Penh.
Le tribunal spécial pour les Khmers rouges, à Phnom Penh. wikipedia
Texte par : RFI Suivre
2 mn

A Phnom Penh, le tribunal parrainé par les Nations unies qui juge les anciens responsables Khmers rouges est à nouveau assombri par un problème de financement. Depuis juin 2013, les employés cambodgiens, magistrats, traducteurs ou encore chauffeurs, n'ont pas reçu leurs salaires et les trois quarts d'entre eux ont mis à exécution, ce lundi 2 septembre, leur menace de cesser le travail. L'ONU a pressé le Cambodge d'honorer ses obligations de payer les salaires du personnel.

Publicité

Avec notre correspondante à Phnom Penh, Stéphanie Gee

C'est la deuxième fois cette année qu'une grève éclate chez le personnel cambodgien du tribunal spécial chargé de juger les Khmers rouges. La cause en reste la même : la suspension du versement de leurs salaires, faute d'argent. Un sort que ne partagent pas leurs collaborateurs internationaux.

Cette situtation est liée aux caractériques de la formule inédite retenue pour ce tribunal. D'une part, il fonctionne grâce à des contributions volontaires de pays donateurs et, d'autre part, il est géré de manière bicéphale, avec une partie internationale et l'autre nationale, chacune disposant de caisses séparées.

Moment crucial

Or, les bailleurs de fonds, souvent, préfèrent soutenir la partie placée sous la houlette des Nations unies plutôt que celle gérée par un gouvernement cambodgien critiqué pour sa gestion du dossier. La quasi-paralysie de la juridiction que cette grève risque d'entraîner intervient à un moment crucial de la procédure, soit à six semaines des réquisitions et plaidoiries finales qui termineront les audiences du premier procès contre les deux anciens dirigeants khmers rouges encore en vie.

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a tiré la sonnette d'alarme auprès de la communauté internationale pour trouver les 3 millions de dollars permettant de sortir de l'impasse jusqu'à la fin de l'année. Et ce lundi, le porte-parole de l'ONU, Lars Olsen, a pressé le Cambodge d'honorer ses obligations vis-à-vis du personnel cambodgien du tribunal.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail