Accéder au contenu principal
Thaïlande

Thaïlande: semaine noire pour le processus de paix entre gouvernement et séparatistes musulmans

Un pick-up militaire thaïlandais pris pour cible dans la province de Pattani, le 14 septembre 2013.
Un pick-up militaire thaïlandais pris pour cible dans la province de Pattani, le 14 septembre 2013. REUTERS/Surapan Boonthanom
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Cette semaine, plus d'une dizaine de militaires et de policiers ont été tués par des militants séparatistes musulmans en Thaïlande. Les deux dernières victimes sont des soldats dont le pick-up a été détruit par une bombe enterrée, qui a explosé lors du passage de leur véhicule dans la province de Pattani. Ces violences croissantes tendent à discréditer le processus de négociations en cours en Malaisie, qui rassemble des émissaires du gouvernement de Bangkok et de supposés représentants de la guérilla. Pour l'instant, l'insurrection, qui avait repris vigueur au début de 2004, a causé depuis lors la mort d'environ 5 400 personnes.

Publicité

Avec notre correspondant à Bangkok, Arnaud Dubus

Il devient de plus en plus difficile de prendre au sérieux les négociations entre les envoyés de Bangkok et un groupe de vétérans de la lutte séparatiste, lesquels assurent représenter l'insurrection.

Alors que les rencontres entre les deux parties se tiennent régulièrement à Kuala Lumpur, le rythme des violences ne ralentit pas, et semble même s'emballer, comme le montrent les attaques à répétition de cette semaine.

Que faut-il en conclure ? Peut-être tout simplement que les sexagénaires qui affirment être dans l'appareil dirigeant du mouvement séparatiste n'ont en fait que peu d'influence sur les cellules opérationnelles sur le terrain.

On sait en effet que ces cellules ont une grande autonomie, et qu'elles n'ont jamais affiché publiquement leurs revendications au-delà de vagues slogans antigouvernementaux.

Mais curieusement, Bangkok semble s'enferrer dans ces négociations, lesquelles sont habilement exploitées par l'autre bord pour renforcer sa crédibilité internationale. On se retrouve dans une situation étrange, où le gouvernement semble avoir constamment un temps de retard sur les supposés représentants séparatistes.

Ceux-ci viennent par exemple d'annoncer sur le site YouTube que le gouvernement avait accepté toutes leurs conditions. Ce que le gouvernement s'est ensuite évertué à réfuter.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.