Cambodge

Cambodge: la défense dénonce un procès à charge pour les anciens responsables khmers rouges

Le «Frère numéro deux», Nuon Chea a 87 ans. Il est consiédré comme l'idéologue du régime. Il rejette toutes les accusations portées contre lui même s'il a reconnu pour la première fois en mai, une certaine responsabilité.
Le «Frère numéro deux», Nuon Chea a 87 ans. Il est consiédré comme l'idéologue du régime. Il rejette toutes les accusations portées contre lui même s'il a reconnu pour la première fois en mai, une certaine responsabilité. EUTERS/Mark Peters/ECCC
Texte par : RFI Suivre
2 mn

A Phnom Penh, les audiences consacrées aux réquisitoires et plaidoiries finales dans le procès contre deux anciens hauts dirigeants khmers rouges continuent. A la suite des avocats des parties civiles, puis des co-procureurs - lesquels ont requis lundi la perpétuité à l'encontre de Nuon Chea et de Khieu Samphan -, les équipes de défense ont commencé, ce mardi 22 octobre, à prendre la parole.

Publicité

Avec notre correspondante au Cambodge, Stéphanie Gée

En verve, le co-avocat international de Nuon Chea, le puissant secrétaire adjoint du Parti communiste du Kampuchea démocratique sous la férule duquel le Cambodge a basculé dans la terreur, livre une contre-attaque sans merci.

Me Koppe dénonce un procès conduit à charge et ce, dès l'instruction, et une procédure émaillée d'irrégularités. Il questionne les sources de l'accusation, trop souvent des productions émanant de simples journalistes, trop souvent réduites à trois livres. « Aurait-il alors suffi d'acheter ces ouvrages, ce qui aurait seulement coûté quelques dizaines de dollars, plutôt que d'ouvrir un procès dispendieux ? », ironise-t-il.

► A (RE)LIRE : Cambodge: les premiers remords de Nuon Chea, l'idéologue du régime des Khmers rouges

Me Koppe réprouve une simplification par les co-procureurs de l'histoire du Kampuchea démocratique qui met de côté le contexte, celui des bombardements américains intensifs sur le territoire, celui d'une crise alimentaire, bien avant l'arrivée au pouvoir des khmers rouges.

Le co-avocat de Nuon Chea remet par ailleurs en cause la légitimité du tribunal, affecté par des interférences du gouvernement cambodgien, un tribunal qui n'est autre que celui des « vainqueurs » , un tribunal qui fait le procès du communisme. Bref, son client n'a pas eu droit à un procès juste et équitable. Pour lui, la vérité sur cette période noire reste à établir.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail