Cambodge

Cambodge: l'opposition poursuit ses manifestations

Au Cambodge, à Phnom Penh, les manifestations pacifiques contre les élections truquées continuent, menées par le leader de l'opposition Sam Rainsy. Le 24 octobre 2013.
Au Cambodge, à Phnom Penh, les manifestations pacifiques contre les élections truquées continuent, menées par le leader de l'opposition Sam Rainsy. Le 24 octobre 2013. REUTERS/Samrang Pring
Texte par : RFI Suivre
2 mn

A Phnom Penh, l'opposition poursuit, comme prévu, sa manifestation pacifique, qui doit s'achever demain vendredi. Depuis près de trois mois, elle tient tête au parti au pouvoir, à qui elle reproche d'avoir à nouveau remporté les élections grâce à des irrégularités massives. Les négociations entre les deux partis ont, jusque-là, achoppé et, le mois dernier, c'est sans les élus de l'opposition que la rentrée parlementaire a eu lieu.

Publicité

Avec notre correspondante à Phnom Penh, Stéphanie Gee

Ce rassemblement a des airs de kermesse de village mais ne perturbe en rien la vie dans la capitale. Les milliers de campagnards qui constituent le gros du bataillon des protestataires, affichent une rare hardiesse à dénoncer leurs difficiles conditions de vie, les expulsions foncières ou encore la corruption.

Autre spécificité de cette manifestation, son déroulement sans anicroche, avec l'organisation de grandes marches à travers Phnom Penh qui ne rencontrent aucun obstacle policier en route. Les autorités ont compris l'intérêt à éviter tout dérapage.

Une pétition remise aux ambassades de France, Royaume-Uni et Etats-Unis

Conduisant de larges délégations disciplinées, les leaders de l'opposition ont remis une pétition rassemblant deux millions d'empreintes digitales aux ambassades de trois pays signataires des Accords de paix de Paris de 1991, la France, le Royaume-Uni et les Etats-Unis, comme ils l'avaient fait la veille auprès d'un bureau de l'ONU.

Leur requête ? Leur demander d'assurer le respect du multipartisme, garanti dans ces Accords. Un appel qui devrait rester sans effet, de nombreux pays ayant déjà reconnus les résultats officiels des élections. Il reste à l'opposition le pouvoir de la rue mais, au vu des foules mobilisées pour cette manifestation, bien en dessous des attentes, il semble s'effriter.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail