Accéder au contenu principal
Cambodge

Cambodge: bonne mobilisation pour le dernier jour de grève de l'opposition

Sam Rainsy, leader du CNRP, parti de l'opposition, serre les mains de ses partisans dans les rues de Phnom Penh, le 25 octobre 2013.
Sam Rainsy, leader du CNRP, parti de l'opposition, serre les mains de ses partisans dans les rues de Phnom Penh, le 25 octobre 2013. REUTERS/Samrang Pring
Texte par : RFI Suivre
2 mn

A Phnom Penh, l'opposition aura davantage mobilisé de monde en ce dernier jour de manifestation. Après trois mois de bras de fer avec le parti au pouvoir, suite à des élections législatives dont elle continue de contester les résultats, elle parvient encore à drainer un flux de mécontents, pour l'essentiel des villageois.

Publicité

Ce rassemblement populaire s'est achevé en musique, comme il avait commencé. Sur le podium, se succèdent des sympathisants purs et durs, présentés sous les vivats du public. Ils contestent les résultats des élections législatives du 28 juillet dernier. C'est le cas de la frêle Sao Pov, une paysanne entourée de ses trois jeunes enfants : « On a fait tout le chemin à pied depuis notre village, à 100 kilomètres de là. Ca nous a pris 23 jours mais je voulais absolument venir pour soutenir le Parti du sauvetage national (NDLR: le PSN de Sam Rainsy) que j'aime beaucoup ! »

Alors qu'elle raconte avoir dû braver les menaces du chef du village, affilié au gouvernement et opposé à ses idées politiques, on se bouscule autour d'elle pour lui glisser dans la main des billets. Parmi ces bienfaiteurs anonymes, quelques rares citadins, comme Sophear, un employé de restaurant.

Sans concession du pouvoir, l'opposition promet la reprise de la grève

« Les habitants de Phnom Penh sont nombreux à suivre l'opposition mais beaucoup n'ont pas osé se joindre à la manifestation de peur de représailles, comme perdre leur poste, au cas où les autorités l'apprendraient, dit Sophear. Cependant, discrètement, ils ont aidé les protestataires, en venant leur offrir de l'argent de l'eau ou du riz. »

Même si les grandes foules n'ont pas été au rendez-vous, les leaders de l'opposition n'ont pas dit leur dernier mot. Ils ont promis que, sans concession du parti au pouvoir, les manifestations resteraient à l'ordre du jour.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.