Accéder au contenu principal
Ouzbékistan

Ouzbékistan: la fille du président ciblée par les services secrets

Gulnara Karimova à Tachkent en octobre 2010.
Gulnara Karimova à Tachkent en octobre 2010. Photo by Yves Forestier / Getty Images
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Rien ne va plus dans la famille régnante en Ouzbékistan. La fille aînée du président Karimov, Gulnara Karimova, 41 ans, qui semblait vouloir succéder à son père à la tête de l’ex-république soviétique, fait l’objet d’attaques de la part des services secrets. Mercredi 20 novembre, elle a révélé via Twitter de nouveaux détails, accusant sa mère de vouloir l’écraser, tandis que plusieurs personnes de son entourage ont été arrêtées. Difficile de savoir ce qui se passe exactement dans une des dictatures les plus fermées du monde.

Publicité

Avec notre correspondant à  Tbilissi, Régis Genté

C’est un vrai épisode de Dallas, à la sauce ouzbék, qui se joue aujourd’hui à Tachkent, la capitale. La descente aux enfers de la très ambitieuse fille du Président Karimov, n’en finit plus. Après que son empire médiatique ait été fermé par les services secrets, qu’un de ses cousins et partenaires en affaires ait été arrêté, voilà que des collaborateurs de sa fondation caritative viennent d’être écroués.Quant à Gulnara, adepte de Twitter, son compte est clos depuis ce mercredi.

Le poids de l'oligarchie

Une source de RFI croit savoir qu’elle serait assignée à résidence. Avant que son compte Twitter ne soit fermé, la jeune multimillionnaire a accusé sa mère de vouloir la détruire.

Ne s’agit-il que de laver le linge sale en famille ? Pas sûr. Gulnara est détestée de l’oligarchie corrompue du pays.Ces dernières années, elle s’est d'ailleurs comportée comme une prédatrice à son égard.

C’est aussi cette oligarchie, par l’intermédiaire du puissant chef des services secrets, Roustam Inoyatov, qui agit en sous-main pour se débarrasser d’une fille bien trop dangereuse, alors que se rapproche l’heure redoutée de la succession d’Islam Karimov, 75 ans, que l’on dit en mauvaise santé.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.