Chine

Les Chinois divisés sur l'interprétation du passage de deux bombardiers américains

Les journaux défendent les positions de Pékin. Ici, la une du China Watch du 28 septembre 2012 affirme le tord du Japon dans la revendication des îles Diaoyu/Senkaku.
Les journaux défendent les positions de Pékin. Ici, la une du China Watch du 28 septembre 2012 affirme le tord du Japon dans la revendication des îles Diaoyu/Senkaku. REUTERS/Shannon Stapleton

«Simple exercice», assure le Pentagone au sujet des deux B-52 qui sont entrés dans la zone de surveillance aérienne chinoise ce mardi 26 novembre. Pékin ne cache pas sa colère. Difficile en effet d'accepter cette version alors que la Chine venait d'annoncer la mise en place de cette nouvelle zone de surveillance... dans un contexte marqué par les tensions régionales.

Publicité

Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

Les B-52 américains sont comparés ce mercredi 27 novembre au matin à un «vol d’oies sauvages» par certains internautes chinois. Autrement dit des oiseaux qu’on laisse passer sans broncher.

Comme souvent sur les sujets touchant à la fibre nationaliste, l’opinion est partagée entre ceux qui pensent que la Chine ne défend pas suffisamment ses intérêts et d’autres qui au contraire trouvent que Pékin va trop loin.

«La zone d’identification et de défense aérienne» décrétée unilatéralement par Pékin samedi a déclenché le courroux de Tokyo et Washington. «On a fait les choses hors de nos capacités et on en paye les conséquences, estime ainsi Xiaosizaijiangxi sur le réseau social «sina weibo». Nous voilà dans un défi face à face, on attend maintenant de voir comment le ministère chinois des Affaires étrangères va attaquer les avions américains avec sa bouche

Provocations

Les observateurs notent par ailleurs que le survol de deux B-52 non armés dans la zone controversée coïncide avec le départ du porte-avions chinois vers les mers de Chine du Sud mardi matin. Le Liaoning devrait probablement passer à côté des «rochers de la discorde» sur sa route.

Ce défi américain survient aussi après que les autorités chinoises aient demandé aux Etats-Unis de rester neutre dans ce contentieux territorial qui oppose la Chine au Japon.

Pas de conséquences pour les vols internationaux « normaux »

La nouvelle zone «n’a pas d’influence sur les vols internationaux normaux», a affirmé le porte-parole de la diplomatie chinoise mardi dans des propos rapportés par le quotidien nationaliste Global Times avant d’ajouter : «mais pour les vols qui ont des mauvaises intentions ou qui provoquent, tous les pays se doivent de réagir». Pour l’instant, la réaction n’est pas venue.

→ A (RE)LIRE : Deux B-52 américains ont pénétré dans la zone de défense aérienne chinoise

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail