Iran

Nucléaire iranien: le calendrier se précise pour les inspections de l'AIEA

Le siège de l'AIEA à Vienne
Le siège de l'AIEA à Vienne D. Calma/IAEA

Ce dimanche 27 novembre, la République islamique et le groupe des 5+1 s’étaient mis d’accord sur un gel provisoire d’une partie du programme nucléaire iranien pour une période de 6 mois. Une période qui n’a pas encore officiellement commencé, mais cela ne devrait pas tarder.

Publicité

Avec notre correspondant à Vienne (au siège de l'AIEA), Nathanaël Vittrant

L’ambassadeur iranien auprès de l’AIEA, Reza Najafi, l’a assuré aux journalistes, le fameux accord négocié à Genève entrera en vigueur début janvier, peut-être même dès fin décembre.

Si les moindres concessions accordées de part et d’autre ont été ardemment négociées, le calendrier, lui, est encore un peu flou. Et pour cause, l’Agence Internationale de l’Energie Atomique, (AIEA), qui sera chargée de vérifier que l’Iran tient bien ses engagements, n’est tout simplement pas prête.

→ A RELIRE : Nucléaire iranien: un accord trouvé sur une «feuille de route» entre l'Iran et l'AIEA

Dès jeudi, le patron de l’AIEA, le japonais Yuyika Amano avait prévenu : « C’est une tâche compliquée qui nous a été confiée, nous avons besoin de temps pour nous préparer correctement. »

Du temps, mais aussi des moyens. Yukiya Amano l’a rappelé : intensifier les inspections coûtera cher et son budget est déjà très serré. En coulisse, les négociations ont donc repris. On ne sait pas par exemple si l’Agence envisage d’installer une antenne permanente en Iran, et encore moins si Téhéran laisserait faire.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail