Cambodge

Au Cambodge, l'opposition maintient la pression dans la rue

Des manifestants lèvent leurs bras lors d’un rassemblement contre Hun Sen, à Phnom Penh, le 17 décembre 2013.
Des manifestants lèvent leurs bras lors d’un rassemblement contre Hun Sen, à Phnom Penh, le 17 décembre 2013. REUTERS/Samrang Pring

Au Cambodge, l'opposition continue de revendiquer la victoire aux législatives de juillet, qui lui aurait été volée, accuse-t-elle, grâce à une fraude massive. Elle maintient la pression dans la rue tandis que ses élus boycottent la nouvelle Assemblée nationale. Alors que les forces de l'opposition semblaient s'épuiser, ce dimanche 22 décembre a connu une large mobilisation.

Publicité

Avec notre correspondante à Phnom Penh, Stéphanie Gée

Dimanche dernier, ils étaient à peine 5 000 massés autour des leaders de l'opposition. Le mouvement s'est radicalisé, mais la foule n'y était pas. Mais à force de marches et de promenades motorisées menées quotidiennement dans la capitale, avec comme nouveau slogan un appel à la démission du chef du gouvernement, les troupes ont grossi.

A (RE)LIRE: Législatives au Cambodge: l'opposition demande une enquête sur des irrégularités

Au milieu de plusieurs dizaines de milliers de supporters, le président de l'opposition Sam Rainsy donne une conférence de presse impromptue, sur l'un des grands boulevards de Phnom Penh.

« Nous sommes là pour envoyer un message au monde entier: Hun Sen est un Premier ministre sans légitimité, Hun Sen et son parti ont perdu les élections, a martelé Sam Rainsy. Les vrais gagnants sont ici, dans la rue ! C'est pourquoi nous voulons montrer notre force. »

Hun Sen résiste

De son côté, Hun Sen a prévenu : il ne renoncera pas à son poste, car cela serait « anticonstitutionnel ». Et quand l’opposition menace de lancer une manifestation géante en janvier qui bloquerait toute la circulation dans la capitale, il rétorque que son gouvernement y répondra en menant une action légale contre le parti de Sam Rainsy.

En attendant, les forces policières restent jusque-là très discrètes, laissant la voie libre à l'expression du mécontentement : une nouveauté dans le paysage.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail