Accéder au contenu principal
Russie

Russie: abandon définitif des poursuites contre les militants de Greenpeace

Soulagement pour deux des militants de Greenpeace après l'annonce de leur grâce.
Soulagement pour deux des militants de Greenpeace après l'annonce de leur grâce. REUTERS/Dmitri Sharomov/Greenpeace
Texte par : Veronika Dorman
2 mn

La justice russe met fin aux poursuites contre les militants de Greenpeace, qui avaient été inculpés après une action dans l’Arctique. Une démarche certainement liée à celle qui a menée à la libération de Mikhaïl Khodorkovski et des Pussy Riot.

Publicité

La poursuite des militants de Greenpeace par la justice russe est définitivement abandonnée à partir de ce mercredi 25 décembre. Le dernier de ces militants va quitter le tribunal ce jeudi 26 décembre.

Sur les trente membres de l’équipage de l’Arctic Sunrise, 26 n’étaient pas Russes. Leur interpellation avait suscité un tollé international, d’autant plus que le premier chef d’inculpation pour piraterie, passible de quinze ans de prison, paraissait totalement disproportionné par rapport au délit.

→ A (RE)LIRE : Khodorkovski appelle au pardon, les Pussy Riot à la lutte

Ces militants de l’ONG avaient essayé de grimper sur une plateforme pétrolière dans l’Arctique russe pour y déployer une banderole. Mais les garde-côtes russes les en avaient empêchés. Tous les membres de l’équipage ont été alors arrêtés, y compris le cuisinier, le médecin de bord et un reporter-photographe.

Au bout de quelques semaines, le tribunal a requalifié les « pirates », ce qui leur a permis de bénéficier de l’amnistie décrétée par Vladimir Poutine.

Greenpeace, Pussy Riot, Mikhaïl Khodorkovski... quel lien ?

Dans la foulée de la grâce qui a surpris tout le monde, le président de la Cour suprême a demandé également que soit réexaminé le premier procès de Mikhaïl Khodorkovski, ancien patron, et de son associé Platon Lebedev, car en juin dernier, la Cour européenne des droits de l’Homme a jugé ce procès inéquitable. Le deuxième procès des deux hommes d’affaires devrait lui aussi être révisé, les avocats de la défense réclamant son annulation et le qualifiant d’illégal.

Ces deux décisions peuvent paraître surprenantes, car la justice russe n’a jamais été bienveillante à l’égard de Khodorkovski. Faut-il y voir une absolution complète de l’homme d’affaires ? Y-a-t-il un lien entre sa libération, celle des Pussy Riot et des militants de Greenpeace ? A voir.

→ A (RE)LIRE : Nadia, des Pussy Riot : « Une personne seule peut mener un combat »

L’hypothèse la plus évidente est que Vladimir Poutine a décidé d’améliorer l’image de la Russie à la veille des Jeux olympiques. Peut-être, aussi, que cette annulation s’explique par le hasard du calendrier.

Quoiqu'il en soit, même si le pouvoir russe cherche à tirer un profit médiatique de ces libérations sensationnelles, il paraît bien trop tard pour modifier en profondeur l’opinion internationale, à quelques semaines des JO, alors que plusieurs chefs d’Etat occidentaux ont déjà annoncé qu’ils ne se rendront pas à Sotchi.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.