Afghanistan

Le «New York Times» révèle une manipulation de l'information des autorités afghanes

Cette photo diffusée par le gouvernement afghan après un bombardement survenu dans le Parwan (nord de Kaboul) avait été en fait prise en 2009 par l'AFP dans une autre province du pays.
Cette photo diffusée par le gouvernement afghan après un bombardement survenu dans le Parwan (nord de Kaboul) avait été en fait prise en 2009 par l'AFP dans une autre province du pays. AFP PHOTO/STR

Le bureau du président Hamid Karzaï a falsifié des photographies présentées à la presse pour démontrer la responsabilité américaine lors d'un bombardement il y a 10 jours. L'Agence France-Presse a notamment reconnu l'un de ses clichés pris en 2009, dans une autre province du pays. C'est le New York Times qui a révélé l'affaire. Le quotidien émet également des doutes sur d'autres photographies figurant dans le dossier de presse.

Publicité

Le 15 janvier dernier, la force de l'Otan a frappé un village dans la province de Parwan, situé au nord de Kaboul. L'opération menée conjointement avec l'armée afghane visait à déloger des insurgés. Mais rapidement on apprend que si des talibans auraient été tués, des civils font partie des victimes. Deux, selon le communiqué de la coalition que RFI a pu consulter. Huit, puis 12, selon les autorités afghanes dont des femmes et des enfants. Le président afghan Hamid Karzaï a condamné dans les termes les plus fermes ce bombardement. Peu de temps après, les journalistes ont reçu un dossier de presse qui contient, selon la présidence, les « preuves » de cette bavure. Des photos de victimes, des témoignages et des explications sur l'incident.

De fausses photos

Aussi incroyable que cela puisse être, certaines photos sont fausses. C'est le journal américain New York Times qui a publié un article dévoilant la mystification. La publication affirme que plusieurs documents présentés sont des faux qui ont été récupérés sur le site officiel des talibans. L'Agence France-Presse a retrouvé une de ses photos prises en 2009 lors d'une autre bavure de l'Otan dans la province de Kunduz. Les autorités afghanes ont finalement reconnu dimanche soir une maladresse. Mais le porte-parole du président afghan a accusé le New York Times de détourner le débat, assurant que la bavure est belle est bien réelle.

Tensions américano-afghanes

Cette affaire paraît bien embêtante pour les autorités afghanes alors que les relations avec Washington sont déjà largement dégradées. Le New York Times décrit une stratégie afghane de diabolisation des Américains. Depuis plusieurs mois, le président Karzaï se montre de plus en plus virulent envers les Etats-Unis qui sont pourtant le premier donateur et l'armée la plus présente dans le pays. Le chef de l'Etat afghan cristallise les tensions depuis novembre dernier en annonçant qu'il ne signerait pas l'accord stratégique avec Washington. Le texte prévoit le maintien d'environ 10 000 soldats américains après 2014. Une présence qui devrait garantir un minimum de stabilité alors que le retrait des armées étrangères s'achèvera à la fin de l'année. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail