Accéder au contenu principal

Pakistan : reprise des négociations entre talibans et gouvernement

Des soldats et policiers pakistanais montent la garde autour du lieu d'un attentat, à Bannu, en janvier 2014.
Des soldats et policiers pakistanais montent la garde autour du lieu d'un attentat, à Bannu, en janvier 2014. AFP PHOTO/KARIM ULLAH
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les pourparlers entre les talibans et le gouvernement ont repris hier, mercredi 5 mars. Ces négociations historiques ont pour but de mettre fin à sept ans d’attentats islamistes. Les discussions avaient commencé début février puis elles avaient été suspendues après l’annonce par les talibans de l’exécution sommaire de 23 soldats. En réponse, l'arrmée pakistanaise avait alors bombardé les bases des insurgés.

Publicité

La décision des talibans, le week-end dernier, de décréter un cessez-le-feu d’un mois a fini par relancer des négociations qui semblaient bien mal entamées. Même si, selon les analystes, les insurgés veulent surtout se donner du temps pour regrouper leurs forces après les attaques aériennes de l’armée qui les auraient durement touchés.

En tout cas les négociations ont repris mercredi sur le terrain des talibans puisque la première rencontre a eu lieu dans le nord-ouest, à Akora Khattak, siège de l’école coranique du médiateur en chef du Tehreek-e-Taliban Pakistan (TPP), qui fédère plusieurs groupes d'insurgés.

« Seconde phase du dialogue »

Des deux côtés, on insiste sur l’importance de ce rendez-vous en parlant d’une « seconde phase du dialogue » qui doit « donner des résultats ». Mais les attaques, qui malgré tout continuent, pourraient faire capoter le dialogue à nouveau : lundi, un attentat contre un tribunal d’Islamabad a fait onze morts. Ce mercredi, six soldats ont été tués dans l’explosion d’une bombe.

D'un autre côté, sur les deux groupes qui ont revendiqué ces attentats, l'un ne serait plus lié au TPP et l'autre entretiendrait avec lui des liens assez nébuleux. De fait, c’est bien ce que certains analystes reprochent à ces négociations : ils mettent en doute l’influence réelle des envoyés des talibans pakistanais sur les différentes factions du mouvement.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.