Accéder au contenu principal
Catastrophe aérienne

Chine: angoisse après la disparition d’un vol de la Malaysia Airlines

Des proches des passagers du vol MH370 ce samedi 8 mars à l'aéroport de Pékin.
Des proches des passagers du vol MH370 ce samedi 8 mars à l'aéroport de Pékin. REUTERS/Kim Kyung-Hoon
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Des traînées de carburant ont été repérées en mer par des avions vietnamiens à la recherche du Boeing 777 de Malaysia Airlines disparu ce samedi avec 239 personnes à bord, premiers signes possibles de l'avion qui effectuait la liaison entre Kuala Lumpur et Pékin.

Publicité

Article régulièrement mis à jour

« Deux de nos avions ont détecté deux traînées de carburant d'une longueur d'environ 15 à 20 kilomètres, en parallèle et à environ 500 mètres l'une de l'autre » en mer de Chine méridionale, a déclaré à la télévision le général Vo Van Tuan, adjoint au chef d'Etat major de l'armée vietnamienne. « Nous ne sommes pas sûrs d'où viennent ces traîées de carburant, nous avons envoyé des navires vietnamiens vers la zone », a-t-il ajouté, plus de 18 heures après la disparition de l'avion. Le vol MH370, qui transportait 227 passagers de 14 nationalités, dont quatre Français, et 12 membres d'équipage, a perdu le contact avec le contrôle aérien quelque part entre l'est de la Malaisie et le sud du Vietnam, sans avoir envoyé de signal de détresse selon la compagnie. Des opérations de recherche ont été lancées par plusieurs pays, dont certains se disputent la souveraineté de certaines zones de mer de Chine méridionale.

Le ministère des Transports a reçu l’ordre de lancer la recherche pour retrouver l’avion et selon nos informations l’appareil se trouvait au-dessus du Vietnam au moment de sa disparition. Deux bateaux de secours chinois ont pris la direction de la mer de Chine du Sud et Singapour a mis à la disposition des recherches un avion C130, précise notre correspondante à Singapour, Carrie Nooten.

Un destroyer de la 7e Flotte américaine, le USS Pinckney, est en route vers la côte sud du Vietnam afin d'aider aux recherches, a annoncé le Pentagone. Le destroyer qui était en manoeuvres dans les eaux internationales de Mer de Chine du Sud, pourrait se trouver dans le voisinage de l'avion disparu dans les 24 heures, a précisé le ministère américain de la Défense dans un communiqué. Il transporte deux hélicoptères qui peuvent être équipés de matériel d'aide et de recherches.

A Pékin, les proches des passagers chinois attendent des nouvelles du vol de la Malaysia Airlines, ce 8 mars 2014.
A Pékin, les proches des passagers chinois attendent des nouvelles du vol de la Malaysia Airlines, ce 8 mars 2014. REUTERS/Kim Kyung-Hoon

Les proches des 153 passagers chinois attendent désespérément des nouvelles du vol MH370, rapporte notre correspondante à Pékin, Heike Schmidt. A l’aéroport international de Pékin, les écrans affichent en rouge que l’appareil, un Boeing 777, a disparu. Outre les Chinois, figurent des Malaisiens et Indonésiens, quatre Français, un Italien, un Irlandais et un Autrichien.

Ce samedi matin, lors d'une conférence de presse, le ministre des Affaires étrangères chinois Wang Yi a fait une brève déclaration et a confirmé la disparition de cet avion, mais ne disposait pas de plus amples détails. 

Ces longues heures sans nouvelles du vol MH370 font craindre le pire d'autant que le pdg de la compagnie Malaysia Airlines s'est dit profondément désolé de la disparition de l'avion. La compagnie était réputée pour être sûre. Son dernier accident majeur -qui avait fait 93 morts- remonte à 1977. L'équipage de l'avion disparu est aussi expérimenté : le pilote, âgé d'une cinquantaine d'années, affiche 18 000 heures de vol au compteur.

Les familles désemparées

A l’abri des médias, dans un l’hôtel près de l’aéroport, les familles des 153 passagers chinois attendent des nouvelles de leurs proches - en vain. L’un d’eux accuse la compagnie Malaysia Airlines de ne pas les tenir informé. « Mon beau-père était dans l’avion. Bien sûr que je suis en colère ! s'indigne Shao. Dans la salle à côté, beaucoup de vieux et de femmes sont en pleurs, et on n’a encore vu personne de la compagnie aérienne de Malaisie. »

Dans une conférence de presse improvisée, Liu Guohua, responsable de la compagnie Malaysia Airlines en Chine, a donné quelques maigres détails sur l’avion disparu des écrans deux heures après son décollage. « L’avion devait atterrir à l’aéroport de Pékin à 6h30 du matin. 239 passagers et membres d’équipage se trouvaient à bord. Ils venaient de 14 différents pays. Nous travaillons avec les autorités et (avons) activé les équipes de sauvetage pour localiser l’appareil. Nous sommes en train de contacter les proches des passagers. Nos pensées et prières sont avec les passagers et leurs proches. »

Ce responsable de Malaysia Airlines parle d’un accident, mais refuse pour l’heure de confirmer les informations selon lesquelles l’avion se serait écrasé en mer de Chine du Sud.

Quatre Français se trouvent dans l'avion. Le Quai d'Orsay a mis en place une cellule de crise et un numéro de téléphone (00.33.1.43.17.56.46)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.