Afghanistan

Afghanistan: nouvelle attaque meurtrière des talibans avant le scrutin

Des policiers afghans prennent position à proximité du ministère de l'Intérieur à Kaboul, où un attentat revendiqué par les talibans a tué au moins 6 policiers, ce mercredi 2 avril.
Des policiers afghans prennent position à proximité du ministère de l'Intérieur à Kaboul, où un attentat revendiqué par les talibans a tué au moins 6 policiers, ce mercredi 2 avril. REUTERS/Zohra Bensemra

Les talibans ont attaqué le ministère afghan de l'Intérieur à Kaboul ce mercredi. Au moins 6 policiers ont été tués et plusieurs blessés. Un kamikaze qui portait un uniforme militaire s'est fait exploser à l'entrée du bâtiment, selon le porte-parole du ministère. C’est la quatrième attaque en une semaine dans le pays qui vote ce samedi pour le 1er tour de l'élection présidentielle.

Publicité

Avec notre correspondant régional, Nicolas Ropert

Un homme en uniforme militaire a réussi à s'approcher au plus près du ministère afghan de l'Intérieur, en plein milieu de la capitale afghane, avant de se faire exploser. L'explosion a secoué les bâtiments aux alentours ainsi que les habitations, comme l’a confié à RFI un témoin sur place. L'homme a semble-t-il passé plusieurs postes de contrôle avant de se faire repérer par les forces de l'ordre, explique Sediq Seddiqi, le porte-parole du ministère de l'Intérieur.

→ A (RE)LIRE : Afghanistan: un nouvel attentat pour effrayer la communauté étrangère avant les élections

Les talibans n'ont pas tardé à revendiquer cet attentat suicide. Les insurgés font tout pour tenter de perturber le scrutin présidentiel, dont le premier tour a lieu ce samedi. En une semaine, ils ont attaqué par deux fois des bureaux de la commission électorale. Ils ont aussi pris pour cible une maison abritant des étrangers à Kaboul. Des attaques dont l’objectif est de rendre le moins légitime possible cette élection présidentielle cruciale, lors de laquelle les Afghans devront choisir le successeur de Hamid Karzai, à la tête de l'Etat depuis 2002.

Ces dernières semaines, les forces afghanes ont lancé plusieurs offensives, notamment dans le Sud et l'Est, pour tenter de sécuriser le vote. Mais peu de chance pour que ces initiatives suffisent à éviter un bain de sang le jour du scrutin. Les talibans ont promis qu'ils s'en prendraient à tout ceux qui participent à l'élection, y compris aux électeurs.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail