Accéder au contenu principal
Chine/Malaisie

Tourisme : la Malaisie perd sa clientèle chinoise

Les tours Petronas de Kuala Lumpur, un des symboles touristiques de la Malaisie, de plus en plus boudée par la Chine.
Les tours Petronas de Kuala Lumpur, un des symboles touristiques de la Malaisie, de plus en plus boudée par la Chine. REUTERS/Samsul Said
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La disparition du vol MH370 le 8 mars dernier pourrait coûter très cher à la Malaisie, pays qui vit en partie du tourisme. Destination prisée par les Chinois en quête de repos, cette clientèle commence en effet à déserter les plages paradisiaques, à la suite d’appels au boycott sur les réseaux sociaux. Quelques grandes agences de voyages chinoises ont supprimé la Malaisie de leur offre touristique.

Publicité

Avec notre correspondante à Pékin, Heike Schmidt

Réserver un hôtel, un billet d’avion, un séjour, avec Ctrip, c’est un jeu d’enfant, promet une publicité. Sauf … pour aller en Malaisie. La plus grande agence chinoise de voyage en ligne ne vend en effet plus cette destination. De toute façon, depuis le 8 mars, la demande est en chute libre.

« Les réservations pour la Malaisie ont chuté brusquement », confirme Jiang Haibin, responsable des relations publiques chez Ctrip : « Nous ne conseillons d’ailleurs plus d’aller en Malaisie ni de prendre un avion de la compagnie Malaisia Airlines. Ceux qui veulent annuler leur réservation pour ce pays sont remboursés. Nous avons suspendu notre publicité sur cette destination et ne collaborons plus avec cette compagnie. On fait tout pour rediriger nos clients sur d’autres compagnies et nous leur vendons d’autres destinations. C’est facile, nous proposons la Thaïlande, les Maldives et l’Indonésie. Les programmes de voyage, le prix, la distance et le paysage de ces endroits ressemblent à ceux de la Malaisie. »

Un boycott qui ne dit pas son nom. L’année dernière, 1,8 million de Chinois ont visité la Malaisie. Cette année, plusieurs grandes agences de voyages affichent une baisse de leurs réservations de 50%.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.