Accéder au contenu principal
Taïwan

Le Parlement de Taïwan libéré de ses occupants

Les manifestants qui occupaient le Parlement de Taïwan depuis trois semaines en signe de protestation contre un accord de libre-échange avec la Chine ont quitté les lieux jeudi soir.
Les manifestants qui occupaient le Parlement de Taïwan depuis trois semaines en signe de protestation contre un accord de libre-échange avec la Chine ont quitté les lieux jeudi soir. AFP PHOTO / SAM YEH
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Après plus de trois semaines d’occupation, le Parlement taïwanais vient d’être évacué. Les centaines d’occupants qui y étaient installés depuis le 18 mars ont été accueillis il y a une heure sous les applaudissements de milliers de personnes réunies devant le bâtiment. Un rassemblement qui signe la fin d’un mouvement de contestation historique à Taïwan.

Publicité

Avec notre correspondant à Taipei, Clément Robin

L’émotion est palpable devant le Parlement. La fatigue aussi, sur le visage des jeunes militants, qui sortent un par un de l’hémicycle. Certains ont passé 23 nuits à dormir à même le sol, dans le froid et l’humidité, ou sous une chaleur estivale. Il aura fallu un Parlement occupé pendant près d’un mois, un rassemblement de plus de 300 000 personnes devant la grille du palais présidentiel, une nuit blanche d’échauffourées avec la police devant le siège du gouvernement pour obtenir plus de transparence autour des accords signés entre Pékin et Taipei.

Les milliers d’étudiants grévistes ont obtenu dimanche dernier cette transparence sur l'accord avec la Chine. Du moins ils l’espèrent. Le président du Parlement leur a promis de soumettre aux élus un texte de loi qui devrait superviser les accords signés avec la Chine. Y compris celui au cœur de la crise politique taïwanaise. Ce texte prévoit d’ouvrir des secteurs clés aux entreprises chinoises, comme les médias ou les transports.

Mais bien au-delà de cet accord, la jeunesse taïwanaise a lancé un avertissement à son président, crédité de 9% d’opinions favorables. Ils ne veulent pas devenir une région chinoise, même autonome, comme Hong Kong et Macao. Reste à savoir ce qu’en dira la Chine, qui, elle, considère toujours Taïwan comme l'une de ses provinces.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.