Thaïlande

Thaïlande: destitution de la Première ministre Yingluck Shinawatra

Yingluck Shinawatra, a été destituée de son poste de Premier ministre ce mercredi 7 mai par la Cour constitutionnelle thaïlandaise.
Yingluck Shinawatra, a été destituée de son poste de Premier ministre ce mercredi 7 mai par la Cour constitutionnelle thaïlandaise. REUTERS/LuKas Coch

Yingluck Shinawatra a été reconnue coupable d’abus de pouvoir par la Cour constitutionnelle thaïlandaise, entraînant la démission de la Première ministre. La Première ministre avait placé un membre de sa famille à la tête de la police.

Publicité

Avec notre correspondant à Bangkok, Arnaud Dubus

Les juges de la Cour constitutionnelle ont estimé que Yingluck Shinawatra a agi de manière malhonnête et enfreint la Constitution lorsqu’elle a muté un haut fonctionnaire, au début de son mandat, pour pouvoir placer à la tête de la police un membre de sa famille. Cette décision oblige de fait Yingluck Shinawatra a quitter immédiatement ses fonctions à la tête du gouvernement thaïlandais.

C'est Niwattumrong Boonsongpaisan, le ministre du Commerce et vice-Premier ministre, qui va la remplacer comme Premier ministre par intérim, selon une annonce gouvernementale devant la presse.

D'autres procédures en cours

Ce n’est pas une déroute totale pour le parti au pouvoir car la Cour n’est pas allée jusqu’à démettre l’ensemble des membres du gouvernement. Il est probable qu’un vice-Premier ministre soit nommé très rapidement à la place de Yingluck Shinawatra. C’est néanmoins un coup très dur pour le parti au pouvoir d’autant que d’autres recours judiciaires contre le gouvernement, notamment devant la commission anticorruption, sont en cours.

→ A (RE)LIRE : Thaïlande: la plus sévère crise politique depuis des décennies

Pour le mouvement d’opposition au gouvernement qui manifeste depuis six mois dans les rues de Bangkok, cette décision de la Cour est une aubaine. Ils se sentent galvanisés. Nul doute qu’ils vont relancer la mobilisation pour atteindre leur objectif : mettre en place un Conseil du peuple, non élu, pour réformer le système politique. Mais les partisans du gouvernement, les chemises rouges, prévoient aussi un rassemblement massif dans la banlieue de Bangkok dès samedi prochain.

L'emprise de la « dynastie Shinawatra » sur la vie politique

Cette décision ne sonne cependant pas la fin définitive de la « dynastie Shinawatra » en Thaïlande. Trois membres de la famille Shinawatra qui ont été Premier ministre ont certes été destitués : le premier, Thaksin Shinawatra, en 2006 par un coup d’Etat ; les deux autres par une décision de la Cour constitutionnelle. Mais l’emprise politique de la famille Shinawatra va se poursuivre en Thaïlande, parce que cette emprise n’est pas seulement exercée directement par des membres de cette famille, mais aussi par des mandataires. Par exemple, au sein du gouvernement actuel, qui reste en place, il y a encore beaucoup de proches alliés de la famille de la Première ministre destituée.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail