Accéder au contenu principal
Inde

Rapprochement entre Inde et Pakistan, à la faveur de l'investiture de Narendra Modi

Un portrait des Premiers ministres indiens et pakistanais, Narendra Modi et Nawaz Sharif, côte-à-côte, réalisé dans le sable sur la plage de Puri, à l'est de l'Inde, par l'artiste Sundarshan Patnaik.
Un portrait des Premiers ministres indiens et pakistanais, Narendra Modi et Nawaz Sharif, côte-à-côte, réalisé dans le sable sur la plage de Puri, à l'est de l'Inde, par l'artiste Sundarshan Patnaik. REUTERS/Stringer
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Narendra Modi a été investi Premier ministre, ce lundi, en présence de son homologue pakistanais Nawaz Sharif. La rencontre est historique. Le nationaliste hindou, dirigeant du Bharatiya Janata Party (BJP), et le président de la Ligue musulmane du Pakistan (N) se rencontrent à la faveur des militaires pakistanais, laissant présager un possible rapprochement des deux pays.

Publicité

Avec notre correspondant à New Delhi, Sébastien Farcis

Les chefs de gouvernements étrangers débarquaient de leurs berlines rutilantes, Narendra Modi, lui, est arrivé dans un simple 4x4 indien gris. Vêtu d'un sobre veston traditionnel de couleur crème, l'ancien vendeur de thé, originaire d'une famille de basse caste, n'a pas montré de signes extérieurs de sa nouvelle richesse. Mais en faisant venir pour la première fois les chefs d'Etat de la région pour son investiture, Narendra Modi cherche à démontrer sa puissance. Et son intention de replacer l'Inde au centre de l'échiquier régional.

La venue du Premier ministre pakistanais est ainsi historique, et sera suivie de discussions bilatérales mardi. Le dirigeant nationaliste indien montre son pragmatisme dans ce dossier épineux, quand beaucoup l'attendaient plus dogmatique.

« Moins de gouvernement, pour plus de gouvernance », son slogan électoral a également pris forme ce lundi : Narendra Modi a ainsi nommé 44 ministres et secrétaires d'Etat, qui ont prêté serment avec lui. Soit un tiers de moins que dans le gouvernement précédent. Les portefeuilles sont rassemblés, la bureaucratie diminuée, dans l'espoir de plus d'efficacité. Et pour relancer des investissements souvent bloqués par une administration très lente.

Libération de 151 détenus indiens par le Pakistan

Le Pakistan a libéré, dimanche, 151 prisonniers indiens, à la veille d’un voyage sans précédent de Nawaz Sharif en Inde, à l'occasion de l’investiture du nouveau dirigeant indien, Narendra Modi.

Au cours de sa visite, Nawaz Sharif s’entretiendra en tête à tête avec son nouvel homologue indien. Les sujets délicats ne manqueront pas. D’abord, le terrorisme : l’Inde ne digère pas les attentats qui ont secoué Bombay en 2008, et qui ont été attribués à un groupe d’extrémistes pakistanais. Et puis il y a l’éternelle question du partage de la région du Cachemire.

Autre thème, moins connu : les deux pays ne s’entendent pas non plus sur leur frontière maritime, dans l’Océan indien. Résultat, des centaines de pêcheurs, rarement équipés d’appareils de navigation, croupissent dans les prisons des deux pays, après s’être aventurés dans ces eaux frontalières… et poissonneuses.

Le parti de Narendra Modi a salué la libération des 151 pêcheurs, vue comme un signe de bonne volonté. Reste à voir si ce premier pas annonce une véritable réconciliation. L’été dernier, peu après son arrivée au pouvoir, Nawaz Sharif avait déjà fait relâcher près de 350 de ces hommes de la mer, mais cette tentative de rapprochement avec New Delhi avait rapidement capoté à cause de heurts à la frontière du Cachemire.

 

 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.