Accéder au contenu principal
Pakistan

Pakistan: consternation après la lapidation d'une femme par sa famille

Farzana Parveen, 25 ans, enceinte, a été lapidée à coups de briques en plein jour, devant le tribunal de Lahore au Penjab.
Farzana Parveen, 25 ans, enceinte, a été lapidée à coups de briques en plein jour, devant le tribunal de Lahore au Penjab. REUTERS/Mohammad Tahir
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Au Pakistan, le Premier ministre a exigé ce jeudi 29 mai des mesures immédiates et l'application des lois après l'assassinat mardi d'une jeune femme par sa famille. Enceinte de trois mois, Farzana Parveen a été lapidée à coups de briques en plein jour, devant le tribunal de Lahore au Penjab. Elle venait témoigner qu'elle n'avait pas été enlevée par son mari, comme l'en accusaient ses parents, mais qu'elle avait choisi de faire un mariage d'amour contre l'avis familial. Le crime s'est déroulé sous les yeux de la police, qui n'est pas intervenue.

Publicité

L'émotion grandit suite à ce crime « totalement inacceptable », selon les mots du Premier ministre Nawaz Sharif. Ce jeudi, le ministre britannique des Affaires étrangères William Hague s’est dit « révulsé » et a appelé le gouvernement pakistanais à agir. Hier, la commissaire aux droits de l'homme de l'ONU avait demandé à Islamabad de tout faire pour mettre fin à une pratique barbare. Plus largement, les associations pakistanaises des droits humains dénoncent à la fois la passivité des autorités et la loi du silence qui prévaut souvent.

Une trentaine de personnes attendaient mardi le couple devant le tribunal dans le centre de Lahore : le père, les frères et les cousins de Farzana Parveen, 25 ans, enceinte de trois mois. Ils l'ont tuée à coup de briques, sous les yeux de son mari.

L'an dernier, près de 1 000 jeunes femmes ont ainsi été tuées pour avoir « déshonoré leur famille ». La loi interdit ces crimes, ainsi que les mariages forcés depuis une dizaine d’années. Mais la justice intervient peu dans ce qui est encore largement considéré comme relevant de la sphère privée.

Ainsi, le veuf de Farzana Parveen a-t-il expliqué que, pour l'épouser, il avait lui-même tué sa première femme. Son fils avait porté plainte, mais il s'était rétracté après que son père eut versé la « diya », la compensation financière pour crime de sang.

Et ce jeudi soir, les Etats-Unis ont également condamné ce « meurtre haineux » et ont dénoncé les « crimes d'honneur » qui ont cours dans ce pays musulman d'Asie du Sud.

→ A (RE) LIRE : ■ Le retour possible de la lapidation en Afghanistan
Inde: une femme victime d'un viol collectif sur ordre d'un conseil de village

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.