Accéder au contenu principal
Inde

Inde: arrestations et manifestations suite au viol des deux adolescentes

Des manifestants du Bharatiya Janata Party (BJP) dispersés par la police, dans l'Etat de l'Uttar Pradesh, le 02 juin 2014.
Des manifestants du Bharatiya Janata Party (BJP) dispersés par la police, dans l'Etat de l'Uttar Pradesh, le 02 juin 2014. REUTERS/Pawan Kumar
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Une semaine après l'enlèvement, le viol collectif et l'assassinat de deux adolescentes dans la région de l'Uttar Pradesh, les réactions se multiplient. Des manifestations dénonçant les violences faites aux femmes ont rassemblé une centaine de personnes, avant d'être dispersées par des canons à eau. Cinq suspects ont été arrêtés.

Publicité

Avec notre correspondant à New Delhi, Sébastien Farcis

En Inde, les réactions continuent à se faire sentir suite au viol collectif et au meurtre de deux adolescentes, dans la campagne de la région de l'Uttar Pradesh, dans l'est du pays. Ces jeunes filles de quatorze et quinze ans, appartenant à la communauté des intouchables, avaient ensuite été retrouvées pendues, mercredi matin. Les villageois accusent le gouvernement local et les policiers de ne pas prendre ce genre de crimes au sérieux quand ils sont commis contre des basses castes.

Cinq jours après la révélation de ce crime, la pression est montée jusqu'à la capitale régionale de l'Uttar Pradesh. Ce lundi matin, une centaine de femmes, appartenant au parti politique d'opposition dans la région, ont manifesté devant le siège du gouvernement de l'Uttar Pradesh – et ont été repoussés par des canons à eau. Ces manifestations, organisées par l'opposition du Bharatiya Janata Party (BJP), sont clairement politisées, mais ont l'avantage de dénoncer l'inaction coupable de la part des élus régionaux. Ceux-ci n'ont fait pour l'instant que mépriser les familles des victimes et défendre les policiers locaux, dont deux ont pourtant été accusés de complicité dans ce viol collectif. Un signe du préjudice profond dont souffrent les intouchables face aux autorités et à la justice.

Ce crime, qui a visé une famille d'intouchables de la campagne reculée, n'a pas mobilisé les foules comme lors de l'agression d'une jeune étudiante de New Delhi, fin 2012. Mais le nouveau gouvernement central semble vouloir agir et a demandé que l'enquête soit confiée au bureau national d'investigation, pour assurer son indépendance. Cinq personnes ont été arrêtées pour leur implication ou complicité, dont deux policiers. Ce dimanche, le bureau des Nations unies en Inde a fermement condamné ce crime et demandé la condamnation rapide de ses auteurs.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.