Chine / Inde

Premiers entretiens indo-chinois depuis l'entrée en fonction de Modi

Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi (à gauche) et son homologue indien Sushma Swaraj avant leur entretien à New Delhi, le dimanche 8 juin 2014.
Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi (à gauche) et son homologue indien Sushma Swaraj avant leur entretien à New Delhi, le dimanche 8 juin 2014. REUTERS/Adnan Abidi

Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, est en visite en Inde depuis le dimanche et pour deux jours, afin de rencontrer les dirigeants du nouveau gouvernement du parti nationaliste du BJP, élu suite aux élections du mois dernier. C'est la première rencontre officielle entre les deux pays depuis l'arrivée au pouvoir de ce gouvernement. Le chef de la diplomatie chinoise a rencontré son homologue indien dimanche et doit être reçu par le nouveau Premier ministre indien, Narendra Modi, ce lundi 9 juin avant de repartir.

Publicité

Avec notre correspondant à New Delhi, Sébastien Farcis

Les discussions de ce dimanche se sont portées sur l'accroissement de la coopération économique, un thème consensuel pour les deux parties. L'Inde serait prêt à accueillir de nouveaux investissements chinois sur son sol, par la création de parcs industriels, par exemple. Et Pékin serait, dans ce domaine, enthousiaste de l'arrivée au pouvoir de Narendra Modi, considéré comme un administrateur pragmatique qui peut accélérer les procédures.

La Chine est le premier partenaire commercial de l'Inde. Cependant, New Delhi aimerait réduire son énorme déficit dans le domaine en augmentant ses exportations dans les nouvelles technologies et la pharmacie.

Le consensus s'arrête là toutefois, car Pékin continue à revendiquer des territoires sous souveraineté indienne, dans le nord-est du pays. Et son armée y a encore réalisé une incursion périlleuse pendant trois semaines l'année dernière, une attitude qui pourrait échauffer le parti nationaliste au pouvoir à New Delhi.

Un autre contentieux concerne le sort des Tibétains, dont le gouvernement est en exil en Inde depuis 1959. Une centaine d'entre eux ont ainsi manifesté à New Delhi ce dimanche afin de demander au gouvernement indien de parler en leur faveur.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail