Accéder au contenu principal
Thaïlande

Thaïlande: la future Constitution maintient la junte au pouvoir

Le général Thanasak Patimaprakorn (g) avec le général Prayuth Chan-ocha, chef de la junte, le 13 juin à Bangkok.
Le général Thanasak Patimaprakorn (g) avec le général Prayuth Chan-ocha, chef de la junte, le 13 juin à Bangkok. REUTERS/Athit Perawongmetha
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Thaïlande, des journaux locaux ont annoncé les détails de la Constitution provisoire qui va être proclamée sous peu. La junte militaire ne sera pas dissoute après l’instauration d’un gouvernement provisoire, prévu en septembre. Et une Assemblée législative formée en grande partie d’officiers militaires sera mise en place.

Publicité

Avec notre correspondant à Bangkok, Arnaud Dubus

La nouvelle architecture politique en Thaïlande doit être dévoilée prochainement par la junte au pouvoir. Mais déjà, les détails de la Constitution provisoire ont filtré dans les médias locaux. Point le plus important : la junte restera en place et conservera la possibilité de prendre des décrets sur toutes les questions touchant à la sécurité nationale. Le gouvernement provisoire lui sera subordonné.

Parallèlement, une Assemblée législative de 200 membres, tous nommés par la junte, sera mise en place. La moitié des membres seront eux-mêmes des militaires d’active. Un conseil de réforme du système politique sera aussi établi.

Retour en arrière

Pour la Thaïlande, cette Constitution provisoire est un bond en arrière spectaculaire qui ramène le royaume aux régimes autocratiques des années 1950 et 1960. Lors du dernier coup d’Etat en 2006, la junte de l’époque avait rapidement transféré l’intégralité de ses pouvoirs à un gouvernement nommé, mais celui-ci s’était montré relativement indépendant. Les militaires en ont tiré la leçon.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.